mercredi, mai 29, 2024
InternationalNational

La France s’agite pour circonscrire la crise avec le Maroc

LA DIPLOMATIE FRANÇAISE S’AGITE POUR CIRCONSCRIRE LA CRISE AVEC LE ROYAUME DU MAROC

Les autorités françaises font des efforts pour limiter la tension avec le Maroc, malgré leur implication dans l’adoption de la résolution européenne qui lui est défavorable.




La diplomatie française est en train de tout mettre en œuvre pour circonscrire la crise avec le Royaume du Maroc qui a éclaté après que le Parlement marocain a menacé de riposter contre le vote hostile du Parlement européen.

Les tensions ont été exacerbées par des déclarations récentes de certains parlementaires européens qui ont critiqué les politiques marocaines en matière de droits de l’homme.

Le ministère des Affaires étrangères français a nié l’existence d’une crise avec le Maroc, affirmant que la relation entre les deux pays est « exceptionnelle » et qu’ils comptent la développer.

La porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Anne-Claire Legendre, a souligné la visite positive de la ministre des Affaires étrangères en décembre 2022 et a déclaré que la visite prévue d’Emmanuel Macron au Maroc au cours des premiers mois de cette année sera un tournant important pour les relations entre les deux pays.




La porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a également rappelé les nombreux accords économiques et commerciaux importants signés entre les deux pays ainsi que les importantes relations culturelles et historiques entre la France et le Maroc.

Le ministère des Affaires étrangères français a également affirmé que la France elle est engagée à travailler avec le Maroc pour résoudre les problèmes qui ont surgi récemment.

La classe politique et la presse au Royaume du Maroc ont exprimé de vives critiques à l’encontre de la France suite à la résolution adoptée par le Parlement européen exprimant ses inquiétudes concernant la détérioration de la liberté de presse au Maroc.

Les deux chambres du Parlement marocain ont exprimé leur profonde consternation face aux accusations fallacieuses de corruption des euro-députés, accusant la France d’avoir mené une campagne hostile contre le Maroc à Bruxelles.




La porte-parole du ministère des Affaires étrangères français a répondu en déclarant que « le Parlement européen exerce ses prérogatives en toute indépendance. »

Cependant, il est signalé que la France aurait joué un rôle prépondérant dans cette campagne hostile au Royaume du Maroc, avec l’instigation et la bénédiction des autorités françaises.

Les responsables français ont multiplié les sorties médiatiques pour se défendre.

Au contraire des responsables français, le ministère des Affaires étrangères marocain a choisi de ne pas réagir publiquement.

La France a nié toute implication dans une campagne anti-marocaine.

Cependant, le Maroc a annulé des réunions de haut niveau prévues avec des responsables français de la défense et de la justice, ce qui peut être considéré comme un message fort à l’égard de la France.

Le Maroc exprime ainsi son manque de confiance envers un pays qui aurait utilisé son influence pour nuire aux institutions marocaines.