mardi, mars 5, 2024
InternationalNationalSociété

Nasser Bourita: « la délivrance du visa est un droit souverain des États »

Spread the love

NASSER BOURITA: « LA DÉLIVRANCE DU VISA EST UN DROIT SOUVERAIN DES ÉTATS »

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, a souligné à Rabat lors de la session hebdomadaire des questions orales à la Chambre des conseillers, que le Maroc respecte les droits des pays souverains quant à l’octroi ou non de visas.




Le Chef de la diplomatie du Royaume a indiqué que « les Marocains ont réagi et commenté certaines mesures de durcissement des visas au cours des derniers mois, de diverses manières et l’expression de leur mécontentement sur les réseaux sociaux en témoigne.

Le ministre, qui s’est refusé de commenter les futilités telles que « le visa est un outil d’extorsion ou d’insulte », a souligné que « si la délivrance d’un visa est un droit souverain, alors traiter les demandes pour l’accorder ou le demander doit être fondée sur le respect mutuel entre les pays et leurs citoyens ».

Aussi s’est-il abstenu d’analyser toutes « décisions souveraines ».

Nasser Bourita a expliqué, dans une réponse à une question sur « la difficulté des Marocains à obtenir un visa Schengen », que « le visa est un droit souverain qui doit être respecté, mais nous suivons et enregistrons ».

Il a, en outre, souligné que « si le Maroc impose un visa aux citoyens de plus de 130 pays, de facto le passeport marocain est soumis à des visas d’entrée pour plus de 140 pays ».




Le ministre des Affaires étrangères de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a également reconnu « la galère des citoyens marocains, qu’ils résident au Maroc ou à l’étranger, avec l’obtention de visas auprès d’un certain nombre de pays de l’Union européenne qui ont adopté des conditions arbitraires telles que l’imposition de rassemblement familial, ou la limitation des pourcentages du nombre de ceux autorisés à obtenir un visa ».

En revanche, pour ce qui est de la question de « l’amélioration des services consulaires à l’intention des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a confirmé que « conformément aux instructions royales, cela va bon train » en référence au fait que « les problèmes de la communauté dans sa partie consulaire font toujours l’objet d’une attention royale particulière ».

En plus des discours, « il y a des instructions royales directes, permanentes et claires pour travailler à l’amélioration des services rendus à cette catégorie du peuple marocain », a-t-il indiqué.




Il a en outre souligné, la nécessité de continuer à rapprocher les prestations offertes par les services consulaires de la communauté marocaine établie à l’étranger, « Nous travaillons actuellement sur un plan pour l’amélioration des services offerts aux Marocains résidant à l’étranger autour de 4 axes : le premier est celui du renforcement de la carte consulaire du Royaume.

Nous avons lancé au cours des trois dernières années trois consulats à Murcia, Villemomble et Toronto », a encore indiqué, Nasser Bourita en signifiant que l’objectif est d’alléger la pression sur les représentations consulaires en rapprochant les prestations de la communauté marocaine établie à l’étranger.

D’où l’importance d’un second axe, à savoir celui de la digitalisation en tant que solution pour plus de proximité avec les Marocains résidant à l’étranger, « Nous avons travaillé sur plusieurs axes relatifs à la digitalisation des services rendus aux Marocains à l’étranger, notamment la plateforme consulat.ma, l’élaboration d’un guide consulaire unifié en 7 langues, qui fournit des informations aux Marocains résidant à l’étranger sur les documents requis, ainsi que la mise en place du service « Izdiad » pour la transcription des naissances à distance.




À ce jour, 1,3 million d’extraits de naissance ont été digitalisés. Le jour où nous pourrons digitaliser les actes de naissance, cela va nous faciliter énormément la tâche« , a précisé le Chef de la diplomatie marocaine devant les Conseillers.

Quant aux problèmes de mariage et de divorce soulevés dans certains pays, le ministre des Affaires étrangères a affirmé que « la solution législative s’impose, par une coordination étroite avec le ministère de la Justice », avant d’énumérer 4 axes à travers lesquels son ministère intervient pour améliorer les services consulaires.

Nasser Bourita a conclu que « selon le discours royal du 20 août 2022, l’année 2023 sera un tournant dans le traitement des enjeux de la communauté marocaine à l’étranger, et un saut qualitatif pour les enjeux inclus dans le discours lui-même ».

Par ailleurs, le ministre a rappelé que « la prise de rendez-vous en ligne auprès des services consulaires est aujourd’hui disponible dans presque toute l’Europe et l’Amérique du Nord.




Le centre d’appels, lancé il y a 4 ans, reçoit entre 25 000 et 30 000 demandes par jour pour renseigner les Marocains avant de se déplacer vers les consulats ».

Nasser Bourita a affirmé que le service e-visa, mis en place en juillet dernier, a bénéficié à 70 000 personnes, notant que « la digitalisation vient compléter le dispositif mis en place avec 57 consulats ouverts, en plus de deux autres représentations qui seront rouvertes prochainement à Tripoli et Benghazi en Libye ».

Il est à noter que la séance de questions orales a coïncidé avec les préparatifs d’une réception publique populaire et officielle des Lions de l’Atlas après que leur retour du Qatar ait incité un certain nombre de conseillers dans leurs interventions à louer et saluer vivement les efforts des joueurs marocains issus de la famille de la communauté marocaine résidant en Europe, dans la réalisation de l’exploit historique d’atteindre le carré d’or de la Coupe du monde 2022.