mercredi, mai 29, 2024
Faits diversNationalSociété

Arnaque aux visa Schengen: des faux RDV à 10 000 dirhams

ARNAQUE AUX VISA SCHENGEN : DES FAUX RENDEZ-VOUS À 10 000 DIRHAMS

L’arnaque aux rendez-vous Visas Schengen sévit de nouveau sur internet. Une Marocaine s’est vue délester de 10 000 dirhams. Ismail Bellali, directeur général du Centre monétaire interbancaire (CMI), alerte sur cette pratique et conseille de « ne jamais communiquer ses données bancaires ».




L’arnaque aux rendez-vous Visas Schengen résiste au temps. Dans un post sur LinkedIn, Ismail Bellali alerte: « Devant l’appétit des citoyens à obtenir des rendez-vous pour les demandes de Visa Schengen auprès des centres BLS et TLS, des mercenaires se sont installés et prétendent vendre des rendez-vous proches sur les réseaux sociaux ». Selon lui, l’objectif de ces escrocs est de soutirer des informations bancaires et d’escroquer des personnes naïves, et dans certains cas, à plusieurs reprises. Pour étayer ses propos, il raconte l’histoire d’une femme qui s’est vue délester de 10 000 dirhams à travers cinq opérations (2 000 dirhams à chaque opération, 1 000 dirhams par personne pour son mari et elle). La victime « avait une urgence médicale.




Elle a trouvé sur Facebook des propositions de vente de rendez-vous. Elle a contacté l’annonceur qui lui raconte qu’une personne s’est désistée et qu’un rendez-vous avec une date proche est donc libre », raconte le directeur général du Centre monétaire interbancaire. En un laps de temps, il réussit à gagner sa confiance. Il « demande à la personne de procéder au paiement des frais par carte bancaire en lui communiquant un lien qui ne fonctionne pas en réalité ». La victime n’a évidemment pas pu procéder au paiement. « Après plusieurs essais, l’escroc propose de l’aider et réclame les informations bancaires. La victime communique à son interlocuteur les informations de sa carte bancaire (numéro et date de validité), poursuit le responsable.




Un instant plus tard, elle reçoit de sa banque le code SMS de validation de paiement, qu’elle lui envoie également ». « L’opération de paiement est validée, sauf que l’escroc prétend le contraire, et invente différentes excuses, notamment la saisie d’un code incorrect. Il ne se contente donc pas d’une unique opération, mais de deux à trois, voire cinq comme ce fut le cas pour cette dame », ajoute-t-il, précisant qu’il s’agissait en réalité d’une opération de paiement pour une recharge de son m-wallet, un compte de paiement sur téléphone. « L’argent qui y est transféré est donc définitivement perdu, car il peut être retiré immédiatement. Il est donc irrécupérable ».