vendredi, mai 31, 2024
Faits divers

Belgique: une Marocaine égorgée par un individu

Belgique: une Marocaine égorgée par un individu qui a été arrêté




Alors qu’elle se promenait avec son bébé de deux mois dimanche 30 mai, Mounia, une Marocaine de 36 ans, a été égorgée par un individu. Un suspect a été interpellé, entendu par le juge puis inculpé de meurtre.




Ce sera sa dernière promenade avec son bébé de deux mois. Dimanche soir, aux environs de 19h40, alors que Mounia se promenait en rue avec son bébé dans une poussette, elle a reçu des coups de couteau au niveau du cou, au croisement de la rue des Deux Maisons et de l’Avenue du Cimetière de Bruxelles, à Evere.

« Il marchait quelques mètres derrière elle sur le trottoir. […] Rapidement, Mounia a décidé de ralentir au croisement avec l’Avenue du Cimetière de Bruxelles, pour que l’homme puisse la dépasser. Tout à coup, il a sorti son couteau et a poignardé Mounia dans le cou. Juste comme ça. C’est tout simplement incompréhensible ».




C’est ce qu’a raconté à Het Laatste Nieuws Sara, une amie du frère de Mounia qui est en contact étroit avec la famille. « Un suspect a été interpellé dans la soirée dimanche et a été privé de sa liberté », a indiqué lundi le parquet de Bruxelles. Il s’agit d’Andy K., 21 ans, connu de la police pour plus de 25 délits.

Il souffre de troubles mentaux et n’avait aucun lien avec la maman décédée fait savoir Sudpresse. « La famille est bouleversée, poursuit Sara. C’est le monde qui s’écroule. Mounia n’a eu aucune chance. Et l’auteur du crime est un parfait inconnu. Pourquoi cet homme a-t-il commis un tel acte ?




Comment une telle chose a-t-elle pu se produire ? Ce sont des questions qui restent sans réponse pour l’instant ». Selon sa famille, la victime n’avait aucun ennemi et vivait tranquillement avec ses trois enfants. « Son mari partait travailler et Mounia s’occupait des enfants à la maison. Ils avaient 11 et 9 ans, le plus jeune n’avait que deux mois.

Ils menaient une vie tranquille et heureuse. Ils n’ont jamais causé de problèmes à personne. C’est tellement triste. Ce meurtre est un exemple de violence gratuite », a ajouté Sara. Ce mardi, le suspect a été entendu par le juge d’instruction, inculpé du chef de meurtre, puis placé sous mandat d’arrêt.