lundi, juillet 22, 2024
Faits divers

Post polémique sur Facebook: les explications de l’épouse du directeur du Centre culturel français

Rapatriée en France, cette utilisatrice Facebook s’était « lâchée » après « tant de temps bloquée à Casa ». Il s’agit de l’épouse du directeur du Centre culturel français.









Après avoir supprimé sa publication, elle a donné des explications avec un nouveau post:
« Chers amis
A toutes fins utiles :
Je rappelle ici que mon compte FB, comme l’indique ma bio, est « privé et à vocation familiale ».
Je n’y accepte donc en amis que des personnes que je connais personnellement … et par conséquent, je n’y publie que du contenu destiné à un cercle de proches, d’êtres chers qui m’intéressent, que j’intéresse et/ou qui partagent avec moi des sujets qui me tiennent à cœur : écologie, enjeux climatiques, économie sociale et solidaire, défense du droit des femmes, développement personnel, psychologie…
Mes posts sont souvent publics car informationnels ou interrogatifs afin qu’ils puissent être partagés à l’instar de nos recherches de logements pour nos enfants étudiants par exemple … et merci FB, car cela est très efficace et nous a permis de trouver parfaitement ce que nous cherchions… au delà de ce que nous espérions.
Je partage aussi copieusement et avec beaucoup d’enthousiasme un millier de bons plans à Casablanca (casablancapassingby) et au Maroc que nous sillonnons depuis 3 ans avec un émerveillement non dissimulé. Quiconque fait l’effort d’investiguer sur moi, comprendra en quelques secondes qu’il suffit de regarder mon fil d’actualité pour voir à quel point j’adore ma vie à Casablanca et au Maroc… J’ai même choisi de m’y marier. Il suffit également de regarder ma liste d’amis pour évaluer à quel point je suis attachée aux Marocains.
Je ne sais toujours pas par quel malheureux concours de circonstance, un de mes posts s’est retrouvé sur la place publique, mal traduit, compris complètement de travers donc mal reçu… par des personnes qui me sont absolument inconnues et qui se sont permises de juger un moment d’euphorie lié aux retrouvailles avec mon pays, ma famille, mes enfants… que j’étais en train de partager en direct avec les personnes que j’aime !




Pour mémoire (j’ai supprimé le post pour éviter les partages malveillants).
Attablée à une terrasse de café avec mon mari, j’exprimais (avec l’humour qui m’est propre) notre sentiment étrange de retrouver un Paris post confinement nous faisant l’effet du décor de la série du prisonnier (un Paris un peu mort vidé de ses touristes, de ses vacanciers, plein de trottinettes électriques, de personnes masquées…), surtout en arrivant de Casablanca dont nous connaissons tous l’énergie grouillante, libre, créative… avec ses qualités et ses défauts. Je rajoutais que seules les terrasses des cafés et les tenues des filles étaient affriolantes et nous appelaient à profiter des joies simples d’être des parisiens en transit, pas mécontents de profiter de la situation. Je ne vous joins pas ici la traduction qui en a été est faite dans un journal… cela serait une véritable offense à la vraie presse marocaine et à l’intelligence de mes amis casaouis. Ce n’est pas une image que je veux transmettre à mes contacts français ou autres. Par ailleurs, ceux qui me connaissent savent très bien que je ne nourris aucun égrégore négatif.
J’avoue…et je m’en veux encore…Mea culpa… que ce post, écris à la va vite, dans l’euphorie du moment pour nos enfants et proches… n’était pas si clair dans sa construction linguistique et pouvait laisser la porte ouverte à d’autres interprétations et à quiconque ne connaissant pas mon attachement à Casablanca. Mon propos du jour est juste de dire que les réseaux sociaux peuvent vous faire payer le fait d’avoir été une fraction de seconde négligeant, déconcentré, trop spontané… humain quoi !
Je ne pense pas systématiquement à modifier la confidentialité à chacun de mes posts, certains plus intimes passent en public… ce qui ne m’a jamais posé de problème jusqu’à il y a quelques jours… FB a aussi ses travers et les dégâts peuvent être considérables. Avec un post où il manque un mot ou une virgule, ou sorti de son contexte de dialogue, des personnes mal intentionnées et/ou ne maîtrisant pas les subtilités d’une langue peuvent vous faire dire n’importe quoi et vous soumettre à la vindicte populaire.




Vous pouvez payer longtemps le fait d’avoir juste été un couillon 5 secondes en vous sentant trop à l’aise et en famille dans la sphère numérique. Attention à vous, l’expérience est violente, agressive, intrusive…
Donc, mes amis, si tant est que vous désirez le rester, je vous remercie de garder ce qui est privé et personnel sur cette page… cela doit rester du domaine de « l’entre nous », un espace de dialogue où je me sens libre d’exprimer des sentiments auprès de personnes qui me connaissent bien et qui vont interpréter mes écrits sans équivoque, tels que je les ai pensés.
Si vous êtes indisposé et gêné par le contenu de ce compte, svp désabonnez-vous ou envoyer-moi un petit message en mp si vous cherchez des éclaircissements ou un débat… les différences de culture provoquent parfois des incompréhensions qui se dissipent toujours rapidement avec le dialogue. Sinon, c’est du voyeurisme malsain qui ne nourrit que du ressentiment stérile.
En tout état de cause… svp, ne partagez pas d’information privée qui n’a strictement rien à faire dans la sphère publique. L’enthousiasme du partage est profond dans mon ADN et je n’ai pas envie de fermer mon compte pour un incident stupide ni de faire un tri arbitraire entre vous pour ne garder que des amis présupposés « sûrs ».
Si, à tout hasard, certains d’entre vous, mes chers amis marocains, n’ont toujours pas saisi le contenu du post qui a fait polémique dans lequel je me moquais gentiment plutôt d’un Paris trop propret que d’un Casa dont j’aime l’incroyable énergie… et bien je m’en excuse. Surtout si vous vous êtes sentis blessés. Là n’était pas mon intention.
Je remercie du fond du cœur tous les amis marocains qui nous soutiennent. Ce genre d’épreuve a l’avantage de nous rendre compte à quel point nous sommes attachés les uns aux autres et que l’amour véritable ne connaît ni frontière ni barrière de la langue.




Ce que vous faites pour Martin, qui est la véritable victime de cette histoire (collatérale ou ciblée… on verra) est tout simplement formidable.
À ceux qui s’inquiètent pour nous, je vous rappelle que je suis psychothérapeute et qu’à côté de ce que vivent nos amis libanais, je ne pense nullement à m’apitoyer sur mon sort. J’ai toutes les ressources pour affronter tout cela en suivant ma devise : m’occuper d’abord d’améliorer ce qui doit l’être chez moi et voir les autres par le prisme de ce qui est bon en eux. Pour le reste, que dire et que faire à mon niveau contre la bêtise et la méchanceté dont nous sommes parfois victimes, malgré nous ? Je fais finalement et entièrement confiance en la justice et aux services compétents qui s’occupent de cette histoire. Les réseaux sociaux ont finalement ceci de formidable, c’est qu’ils peuvent facilement identifier ceux qui distillent des propos haineux, violents, calomnieux. N’oubliez pas que tous vos écrits restent.
A ceux, très, très nombreux qui m’ont demandé en amis sur FaceBook ces derniers jours, je vous remercie de votre intérêt mais je vous rappelle que mon compte est privé et je tiens à ce qu’il le reste surtout après les derniers événements. Vous pouvez tout simplement me suivre et avoir accès aux posts publics. Mieux, nous pouvons faire connaissance en mp ou via l’IFC… et mes pages professionnelles sont plus appropriées dans un premier temps surtout si vous êtes intéressés par le développement personnel et/ou le green living. Pour tout ce qui est culturel, la page de Martin ou de l’IFC seront toujours plus complètes que la mienne.
Pour finir,
Au delà de mon excitation à rentrer en France voir mes proches pour les vacances et profiter des us et coutumes de mon pays, c’est avec une très grande joie que fin août, je rentrerai retrouver ma vie de Casaouia avec ses autres atours qui me plaisent tout autant ! Mais cela, je sais que vous le savez déjà, tout comme le fait que notre cœur saigne de vous quitter l’année prochaine.
A bientôt donc »




À lire aussi:

Un tweet de l’ambassadrice de France au Maroc met le feu aux poudres





Une ministre marocaine remet Macron à sa place