jeudi, juin 20, 2024
Faits diversInternationalNationalSociété

Supposée « fille cachée » de Hassan 2: le Maroc porte plainte

LE MAROC PORTE PLAINTE CONTRE JANE BENZAQUEN, SUPPOSÉE « FILLE CACHÉE » DE HASSAN II

Après 18 ans d’accalmie, l’affaire de la prétendue « fille cachée » du Roi Hassan II refait surface avec une action en reconnaissance de paternité engagée en Belgique d’un côté, et de l’autre, une plainte déposée par le Maroc pour « escroquerie ».

En 2005, Jane Benzaquen alias Hedva Selaa, une Israélienne, a déclaré être la fille qu’aurait eu Moulay Hassan, le prince héritier devenu Hassan II.

Elle serait le fruit d’une liaison entre Anita (la nièce de Léon, un ancien ministre marocain des PTT) et Moulay Hassan âgé de 23 ans.

Cette révélation surprenante a fait les gros titres des médias pendant quelques semaines avant de tomber dans l’oubli.

Mais c’est sans connaître Jane Benzaquen qui aimerait qu’on reconnaisse qu’elle est de sang royal. Elle voudrait négocier une solution.

À Bruxelles où elle a vécu pendant 18 ans, elle s’attache les services de plusieurs avocats belges qui présentent à l’ambassadeur du Maroc en Belgique, un « dossier particulièrement sensible » ainsi que les revendications de leur cliente, dans le but de trouver « une solution amiable, discrète, juste et équitable ».

L’Israélienne Jane Benzaquen alias Hedva Selaa a également saisi la chambre familiale du tribunal de première instance du Brabant wallon, dans le cadre d’une action en reconnaissance de paternité.

Objectif, faire établir la filiation royale de Jane Benzaquen qui réclame une compensation financière amiable, discrète, juste et équitable d’environ quinze millions d’euros.

En réponse à cette action, le Maroc a déposé plainte pour « escroquerie » auprès d’une juge d’instruction bruxelloise, contre la prétendue « fille cachée » du Roi Hassan II et également contre les membres belges de sa famille.

L’avocat belge du Royaume du Maroc, Maître Stanislas Eskenazi, qui regrette que « la justice belge soit ainsi prise en otage », compte obtenir la condamnation de « l’arnaqueuse ».