lundi, juillet 15, 2024
météoNationalSociété

Le Maroc s’apprête à affronter une intense vague de chaleur

Le Maroc s’apprête à affronter une intense vague de chaleur

Après une période de températures clémentes, le Maroc se prépare à subir une vague de chaleur intense. D’après les récentes prévisions de la Direction de la météorologie nationale (DMN), une augmentation progressive des températures est attendue à travers le pays, marquant le début d’un épisode caniculaire qui pourrait établir de nouveaux records.

Malgré le début de l’été, les derniers jours ont été marqués par des températures plutôt douces, n’excédant pas 30 degrés Celsius, un phénomène inhabituel pour cette saison généralement caractérisée par une chaleur écrasante. Cependant, ce répit sera de courte durée, car une hausse significative des températures est prévue à partir de demain.

Dès demain mardi, une chaleur intense marquera la situation météorologique dans le sud-est du pays et à l’intérieur des provinces du sud. Des températures élevées sont également attendues dans l’est et les plaines intérieures. Parallèlement, des nuages bas accompagnés de brouillards matinaux et nocturnes se formeront sur les plaines nord et centre de l’Atlantique ainsi que sur la côte méditerranéenne.

Des vents modérément forts sont prévus dans les provinces du sud et sur les côtes centrales, tandis que les températures diurnes seront généralement élevées. Les températures minimales varieront de 20 à 27 degrés dans le sud-est et l’est et le sud des provinces sahariennes, et de 13 à 15 degrés dans les montagnes de l’Atlas et du Rif, avec des valeurs oscillant de 15 à 20 degrés dans le reste du pays.

La météo connaîtra une hausse continue des températures à partir de mercredi et pour le reste de la semaine. Le temps sera relativement chaud dans les plaines intérieures, l’est, le sud-est, et à l’intérieur des provinces du sud. Des nuages bas et des brouillards nocturnes et matinaux se manifesteront par endroits dans les plaines nord et centre et sur la côte méditerranéenne.

Les épisodes de canicule peuvent avoir des conséquences importantes sur la santé publique, l’agriculture et les ressources en eau. Selon les spécialistes, il est crucial pour les populations des régions affectées de prendre des précautions adéquates : s’hydrater régulièrement, éviter les activités physiques intenses durant les heures les plus chaudes de la journée, et veiller à la protection des personnes vulnérables, telles que les enfants et les personnes âgées.

Le climat entre le printemps et l’été est toujours instable. Le mois de juin de l’année dernière avait enregistré des températures records, tandis que ce mois de juin a été marqué par une chaleur modérée. L’anticyclone des Açores joue un rôle crucial en influençant les courants humides venant du nord vers les régions intérieures et centrales, tandis que les provinces du sud sont souvent affectées par des masses d’air chaud provenant du Sahara selon les experts nationaux en climatologie. Cette variabilité climatique est une manifestation typique des fluctuations climatiques actuelles.

L’augmentation des températures dans les mois précédents était due à l’élévation de la température de la mer, favorisant l’évaporation. Aujourd’hui, nous vivons une période opposée, typique des phases de l’événement El Niño, toutes influencées par l’anticyclone des Açores qui régule le passage des masses d’air froid ou chaud.

Contrairement aux prévisions suggérant un été plus frais, apparemment, cette saison estivale sera comparable aux précédentes, avec des périodes de chaleur intense en raison des effets tangibles des changements climatiques. Il est essentiel de rester vigilant et de se préparer à des conditions météorologiques extrêmes.

En somme, le Maroc se prépare à affronter une période de canicule qui s’annonce intense. La vigilance et la prudence seront de mise pour traverser cette période difficile en toute sécurité. Les autorités et les citoyens doivent collaborer pour minimiser les impacts de cette vague de chaleur sur la santé publique et l’environnement.