vendredi, février 23, 2024
InternationalNational

(Vidéo) La Russie construit une base militaire à Tindouf

Spread the love

(VIDÉO) EUROPE 1: LA RUSSIE CONSTRUIT UNE BASE MILITAIRE À TINDOUF À VOCATION D’ENTRAÎNER LES MILICIENS DU POLISARIO

Charles Villeneuve, journaliste et figure emblématique de la station de radio française Europe 1, ainsi que chroniqueur de l’émission « Les grandes voix » animée par Pierre de Vilon, a récemment abordé les tensions croissantes entre la France et l’Algérie. Dans ses propos, il a fait une révélation majeure en mentionnant les projets de construction d’une base militaire par la Russie à Tindouf, destinée à l’entraînement des milices du groupe séparatiste armé qui se fait appeler « Polisario ».




Charles Villeneuve, une voix historique de la station de radio française Europe 1 et chroniqueur de l’émission « Les grandes voix » animée par Pierre de Vilon, a récemment consacré une partie de son intervention à analyser les tensions actuelles qui animent les relations franco-algériennes.

Dans ses propos, il a fait une révélation d’envergure en annonçant la construction d’une base militaire par la Russie à Tindouf, en Algérie, dans le but de former les milices du groupe séparatiste armé qui se fait appeler « Polisario ».

Lors de l’émission hebdomadaire animée par Pierre de Vilno sur Europe 1, le journaliste Charles Villeneuve a pris la parole pour discuter des accords de 1968 sur l’immigration avec l’Algérie et s’interroger sur la position que la France pourrait adopter à ce sujet.

Cette intervention a eu lieu le 17 juin, au lendemain de l’interview accordée par Édouard Philippe, ancien Premier ministre d’Emmanuel Macron et président du parti Horizons, dans laquelle il a abordé la question de l’immigration et des accords de 1968.

Le débat s’est ainsi ouvert sur les propos de la Première ministre Élisabeth Borne, qui a déclaré dans Le Figaro que « ça n’évolue pas facilement ».




Face à cette situation, Charles Villeneuve a exprimé son analyse selon laquelle il y aurait un changement dans la politique algérienne, passant d’une animosité franche envers la France à une franche hostilité. Pour étayer son point de vue, le journaliste a cité plusieurs éléments d’information.

Il a notamment mentionné que le président de la République algérienne, qui devait effectuer une visite d’État en France, avait décidé d’introduire un couplet anti-français dans l’hymne national algérien.

Cette mesure symbolique témoignerait d’une détérioration des relations entre les deux pays.

Par ailleurs, Charles Villeneuve a souligné la demande de l’Algérie d’intégrer les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), un groupe politico-économique qui se réunit annuellement depuis 2011 et qui est perçu comme une alternative au bloc occidental.

Selon le journaliste, cette volonté d’adhésion à un groupe opposé au bloc occidental renforcerait l’idée d’une orientation politique de l’Algérie éloignée des intérêts français.

Enfin, Charles Villeneuve a abordé un sujet particulièrement préoccupant : la construction d’une base militaire par la Russie à Tindouf, située près de la frontière sud du Maroc, à proximité du Sahara occidental.




Selon ses informations, cette base aurait pour objectif de former les miliciens du groupe séparatiste armé qui se fait appeler « Polisario », mouvement soutenu par l’Algérie et en conflit avec le Maroc depuis de nombreuses années.

Le journaliste a mentionné l’implication de formateurs militaires du Hezbollah libanais, soutenus par l’Iran, dans cette formation.

Face à ces éléments, Charles Villeneuve s’est interrogé sur la réaction de la France et sur la façon dont elle pourrait aborder cette situation délicate dans ses relations avec l’Algérie.

Ces tensions croissantes entre la France et l’Algérie, ainsi que les développements en cours, suscitent des interrogations quant à l’avenir des relations bilatérales.

Charles Villeneuve a souligné l’importance de cette question et la nécessité pour la France de prendre en compte ces éléments dans ses prises de décision futures.

L’évolution des relations franco-algériennes et les répercussions de la construction de la base militaire russe à Tindouf continueront d’être suivies de près, et la position de la France dans cette affaire demeurera un enjeu essentiel pour les acteurs concernés.