mercredi, avril 24, 2024
cultureInternationalNationalSociété

Une chaîne algérienne diffuse… une soirée marocaine

UNE CHAÎNE DE TÉLÉVISION EN ALGÉRIE CRITIQUÉE APRÈS AVOIR DIFFUSÉ UNE SOIRÉE ENREGISTRÉE AU MAROC EN 2019…

Une chaîne de télévision en Algérie est actuellement vivement critiquée sur les médias sociaux après avoir diffusé une soirée de musique andalouse qui s’est déroulée au Maroc en 2019, en la présentant à tort comme faisant partie du patrimoine culturel algérien.

Cette appropriation culturelle a suscité une vague de moquerie et d’indignation en ligne. L’événement musical en question, intitulé « Musique andalouse, patrimoine algérien », a été attribué à tort à l’Algérie alors qu’il s’est déroulé dans un théâtre marocain.

L’orchestre responsable de la performance était l’Orchestre marocain de Fès, et tous les artistes présents étaient vêtus de tenues traditionnelles marocaines, notamment des caftans et des djellabas.

Malheureusement, ce n’est pas un cas isolé d’appropriation culturelle.

Des artisans marocains ont également été victimes de cette pratique, leurs créations étant diffusées sans leur consentement sur des chaînes de télévision en Algérie.




Un exemple concret est celui du Maalem du Zelij marocain, Driss Sakhi, originaire de Fès, dont le reportage diffusé par une chaîne marocaine a été repris et diffusé par les médias algériens sans aucune reconnaissance ou autorisation.

Ces incidents révèlent une tendance préoccupante où la culture marocaine est exploitée et s’appropriée à des fins politiques.

Des éléments emblématiques de la culture marocaine tels que Ibn Khaldoun, Tarik Ibn Ziyad, le Zellige, le Caftan, l’Amlou, l’Andalousi, le Malhoun sont détournés pour promouvoir une vision faussée de l’histoire et de la richesse culturelle du Maroc.

Cette appropriation culturelle vise non seulement à déformer la réalité, mais aussi à affaiblir l’identité culturelle marocaine et à semer la confusion auprès du public.

Ces pratiques nuisent aux relations entre les deux pays et compromettent le respect mutuel et la valorisation de la diversité culturelle.

Il est essentiel de préserver l’authenticité culturelle de chaque pays et de respecter les droits des créateurs et des artistes.