lundi, juin 24, 2024
EconomieInternationalNational

Capitaux : l’Europe retire le Maroc de sa liste grise

LA COMMISSION EUROPÉENNE RETIRE LE MAROC DE LA LISTE GRISE DES PAYS SOUS SURVEILLANCE EN MATIÈRE DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

La Commission européenne a annoncé, mercredi, le retrait du Maroc de la liste grise de l’UE des pays sous surveillance en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme.

Cette décision tient compte des informations du Groupe d’action financière (GAFI) et des modifications décidées lors de la dernière Plénière du Groupe d’action financière de février 2023 dans la liste des “Juridictions sous surveillance renforcée”, dite “liste grise”.

Le Groupe d’action financière avait, en effet, retiré le Maroc de sa liste grise, à la suite de la mise en œuvre par le Royaume de son plan d’action convenu avec le groupe.

Selon la Commission, avec les mesures prises pour mettre en œuvre le plan d’action convenu avec le Groupe d’action financière, le Maroc a remédié aux carences de son dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme et ne représente plus, pour le système financier international, de menace en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme.




“Étant donné que le Maroc a renforcé l’efficacité de son dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme et en a corrigé les déficiences techniques de façon à honorer l’engagement, pris dans son plan d’action, de remédier aux carences stratégiques identifiées par le Groupe d’action financière, l’évaluation des informations disponibles qu’a effectuée la Commission l’amène à conclure que le Maroc ne présente plus de carences stratégiques dans son dispositif et devrait par conséquent être retiré de la liste” grise, conclut la Commission européenne.

Le Groupe d’action financière avait salué les progrès notables accomplis par le Maroc dans l’amélioration de son dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme et a noté que le Royaume avait mis en place les cadres juridiques et réglementaires nécessaires pour honorer ses engagements pris dans son plan d’action.