jeudi, juin 20, 2024
InternationalNational

« Pas de crise avec le Maroc », selon la diplomatie française

« PAS DE CRISE AVEC LE MAROC », SELON LA DIPLOMATIE FRANÇAISE

Anne-Claire Legendre, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, a déclaré jeudi que la France n’est pas en crise avec le Royaume du Maroc. Cette déclaration a été faite en réponse aux critiques des parlementaires marocains et à une virulente campagne de presse anti-française des médias locaux.




La porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Anne-Claire Legendre, a répondu aux critiques de parlementaires marocains et à une campagne de presse anti-française des médias locaux en soulignant la volonté de Paris de nourrir un « partenariat d’exception » et de l’inscrire « dans les 10 à 20 ans » à venir.

Elle a également rappelé la visite positive de la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna en décembre et a mentionné la visite prévue du président français Emmanuel Macron au cours du premier trimestre comme étant un « jalon important ».

La résolution hostile au Royaume du Maroc, adoptée il y a de cela plusieurs jours par le Parlement européen avec une ingérence concernant des décisions de la justice marocaine a suscité de vives réactions de la classe politique marocaine et des médias proches du pouvoir.




Cette résolution a de quoi surprendre, car elle vient contredire toutes les normes et les règles internationales, notamment les principes et déclarations des Nations-unies relatives à l’indépendance de la justice.

Cette résolution a été mal accueillie à Rabat, où la France est accusée d’avoir « orchestré » une campagne anti-marocaine à Bruxelles.

Ahmed Touizi, un député de la majorité, a déclaré que « dans les coulisses de cette décision se cache un pays que l’on croyait ami et partenaire sûr mais l’odeur du gaz lui a fait perdre sa tête », en faisant référence au rapprochement entre Paris et Alger.

La porte-parole du Quai d’Orsay a répondu en déclarant que « le Parlement exerce ses prérogatives de manière indépendante » et que « la France entretient une relation d’amitié profonde avec le Maroc avec lequel elle aborde tous les sujets y compris ceux des droits de l’homme ».




La visite au Royaume du Maroc de la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de France, Catherine Colonna, avait semblé apaiser les tensions entre la France et le Royaume du Maroc et les deux pays avaient annoncé un partenariat renouvelé.

Cependant, ces derniers jours, des articles de presse acrimonieux ont été publiés, indiquant une nouvelle dégradation des relations franco-marocaines et mettant en doute la venue prochaine du président français.

Selon l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique, « Maladresses, faux pas et incompréhensions se multiplient entre Paris et Rabat ».

Le Royaume du Maroc estime que les manifestations d’hostilité de la part de la France rendent difficile un retour à la normale.

Il rejette l’instrumentalisation et la politisation d’affaires qui relèvent de la compétence de la justice pénale et du droit commun.