lundi, juillet 22, 2024
NationalPolitiqueSociété

Une nouvelle colère du Roi Mohammed VI contre l'anarchie immobilière à Fnideq

Anarchie immobilière à Fnideq: une nouvelle colère royale




Une commission du ministère de l’Intérieur a entendu, lundi dernier, deux walis et un gouverneur sur les infractions à la réglementation d’urbanisme dans un projet immobilier à Fnideq. Cette enquête a été ouverte lorsque le roi Mohammed VI a relevé de graves violations à la loi.




La préfecture de M’diq Fnideq a connu, lundi soir, un véritable état d’alerte après la convocation d’urgence de plusieurs responsables de la région par une commission relevant du ministère de l’Intérieur.
Le quotidien Al Ahdath Al Maghribia rapporte, dans son édition du mercredi 12 août, que les inspecteurs de l’administration centrale enquêtaient, dans la commune de Fnideq, sur un lotissement dont les plans auraient été modifiés, causant ainsi des préjudices aux espaces verts avoisinants.
Selon une source autorisée, les travaux en cours dans ce grand projet auraient attiré l’attention du roi Mohammed VI lors d’une tournée dans la ville. Du coup, une enquête a été ouverte sur-le-champ avec la convocation du wali de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et du gouverneur de la préfecture, afin qu’ils fournissent des explications sur ce sujet.
D’autant que des constructions ont été édifiées dernièrement dans des zones interdites situées sur le littoral réservé aux activités touristiques à Tamouda Bay.




La même source indique que les investigations pourraient déboucher sur l’implication de plusieurs agents d’autorité et élus locaux. Ces derniers auraient trempé dans les violations relevées dans ce lotissement dont les travaux ont été suspendus en 2015, après la découverte d’infractions à la règlementation d’urbanisme.
Toujours selon le quotidien Al Ahdath Al Maghribia, les autorités locales avaient alors interdit toute construction sur la bande côtière de M’diq-Fnideq et Cabo Negro, connue sous le nom de Tamouda Bay.
À l’époque du wali Mohamed Yacoubi, des dizaines de bâtiments ont été démolis et des autorisations de construire annulées après la constatation de plusieurs contraventions.
Le quotidien Assabah, qui traite le même sujet dans son édition du mercredi 12 août, indique que la réunion urgente tenue avec les hauts responsables des autorités locales a eu lieu suite à une colère royale. Le souverain, qui effectuait une visite dans la région, a découvert que ce grand projet immobilier avait englouti un chemin piétonnier.




Il a également condamné une route à double sens et dépassé la hauteur autorisée pour les constructions faisant face à la mer. Selon certaines sources, l’enquête concernerait les responsables de l’Agence urbaine, le wali actuel de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (Mohamed Mhidia), son prédécesseur (Mohamed Yacoubi) et le gouverneur de la préfecture de M’diq-Fnideq (Yassine Jari), ainsi que d’autres responsables locaux.
Selon les mêmes sources, les responsables du ministère de l’Intérieur ont auditionné le wali Mohamed Mhidia et le gouverneur de la préfecture de M’diq-Fnideq.
L’enquête avec ces responsables s’est concentrée sur la résidence dite «lotissement des jardins de Fnideq», dont les plans ont été modifiés de manière illégale.
D’autant que ce même lotissement avait fait l’objet de plusieurs investigations par la commission de l’Intérieur chargée de ce dossier via les données que lui avait livrées Mohamed Yacoubi, l’ex-wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, avant qu’il ne soit nommé à la tête de la région de Rabat-Salé-Kénitra.