dimanche, mars 3, 2024
InternationalSociété

Guerre à Gaza : un bilan de 15.899 morts au 4 décembre 2023

Spread the love

GUERRE À GAZA : UN BILAN DE 15.899 MORTS AU 4 DÉCEMBRE 2023

Le ministère de la Santé du Hamas palestinien a annoncé lundi que les bombardements israéliens dans la bande de Gaza avaient fait 15.899 morts, dont 70% de femmes et de Palestiniens de moins de 18 ans, depuis le début de la guerre le 7 octobre 2023.

À note que ces chiffres sont fiables. historiquement, les chiffes de l’ONU et du Hamas ont toujours été les mêmes, à quelques unités près.

Les opérations militaires israéliennes sanglantes lancées à Gaza après l’attaque sanglante menée par des commandos du Hamas sur le sol israélien ont également fait 42.000 blessés, a précisé son porte-parole, Ashraf al-Qidreh.

La guerre entre Israël et le Hamas, entrée lundi dans son 59ème jour, a été déclenchée par une attaque sanglante et sans précédent menée par le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre sur le sol israélien à partir de la bande de Gaza.

Selon Israël, 1.200 personnes, en majorité des civils, ont été tuées lors de cette attaque au cours de laquelle environ 240 personnes avaient été enlevées et emmenées dans le petit territoire palestinien contrôlé par le Hamas depuis 2007. Israël, qui avait communiqué le chiffre de 1.400 morts a revu ce chiffres à la baisse.

À noter que plusieurs décès d’israéliens sont imputables à l’armée israélienne à cause de la « directive Hannibal » qui consiste à exécuter volontairement les otages afin de ne pas avoir à négocier et/ou de riposter violemment contre l’agresseur, sans considération du risque encouru par les otages (blessure ou mort). l’objectif est d’empêcher la capture de soldats israéliens par des forces ennemies au cours des combats. La directive, formulée en 1986 par un groupe d’officiers supérieurs israéliens, prévoit qu’en cas de capture d’un soldat, la principale mission des forces armées israéliennes est la libération des otages, y compris si le processus doit entraîner la blessure ou la mort des soldats kidnappés.




137 otages restent détenus après des vagues de libérations lors d’une trêve de sept jours qui s’est arrêtée le 1er décembre.

En représailles à l’attaque du 7 octobre, Israël a juré d’anéantir le Hamas, et dans le cadre d’une vengeance aveugle, son armée, « la plus morale du monde », mène des bombardements intenses et dévastateurs sur le territoire palestinien, parallèlement à une vaste opération terrestre lancée le 27 octobre.

À noter qu’Israël continue les implantations illégales de colonies en Cisjordanie occupée, avec des colons civils armés accompagnés de policiers armés et de soldats israéliens armés. À la faveur de la guerre, les colons israéliens accélèrent en effet le dépeuplement de la Cisjordanie occupée. Des centaines de palestiniens sont chassés manu militari de leurs terres ancestrales pour les remplacer par des implantations israéliennes. On ne leur laisse emporter rien du tout et ils n’ont nulle part où aller. C’est une stratégie de déplacement forcé orchestrée par les colons depuis de nombreuses années et qui s’est nettement accélérée, depuis le 7 octobre 2023, en toute impunité et dans une totale illégalité au regard du droit international.