mercredi, juillet 17, 2024
Faits diversInternationalNationalSociété

Tremblement de terre : que sait-on du séisme qui a frappé le Maroc

TREMBLEMENT DE TERRE : QUE SAIT-ON DU SÉISME QUI A FRAPPÉ LE ROYAUME DU MAROC ?

Ce que l’on sait du puissant séisme qui a frappé le Maroc ce vendredi 8 septembre 2023 ?

LE TREMBLEMENT DE TERRE LE PLUS PUISSANT AU MAROC
Avec une magnitude de 7,2 sur l’échelle de Richter, le récent tremblement de terre au Maroc a établi un record en tant que séisme le plus puissant jamais enregistré dans le pays. Cette secousse sismique a surpassé en intensité tous les précédents événements sismiques notables, y compris ceux qui ont frappé Agadir en février 1960 (magnitude de 5,7 sur l’échelle de Richter) et Al Hoceïma en février 2004 (magnitude de 6,3 sur l’échelle de Richter). La secousse tellurique s’est faite sentir jusqu’au Nord de la Mauritanie, Portugal, en Espagne, en Algérie, à Gibraltar,…

L’HEURE DE LA SECOUSSE
Le tremblement de terre s’est produit à 23h11, secouant la région marocaine. L’épicentre de cette secousse a été localisé dans la commune d’Ighil, relevant de la province d’Al Haouz. Les coordonnées géographiques précises de l’épicentre ont été déterminées à 30,92 degrés de latitude nord et 8,42 degrés de longitude ouest, selon les données fournies par le Centre de recherche allemand pour les géosciences (GFZ).

UNE MAGNITUDE HISTORIQUE
Les données sismologiques, notamment celles émanant de l’Institut national de géophysique, ont confirmé que la magnitude du tremblement de terre était de 6,9/7 sur l’échelle de Richter. Cette mesure en fait le séisme le plus puissant enregistré dans l’histoire du Maroc, dépassant ainsi tous les événements sismiques notables précédents.

L’ÉTENDUE DES RÉPERCUSSIONS
La secousse a été ressentie dans plusieurs villes marocaines, provoquant une onde de choc dans des endroits tels que Kenitra, Khiyata, Rabat, Mohammédia, Casablanca, Marrakech, Agadir, Kénitra, Essaouira, Tiznit, Guelmim, Fès, et bien d’autres. La puissance du tremblement de terre a engendré des scènes de panique, incitant de nombreux habitants des zones touchées à sortir de leurs domiciles par crainte de nouvelles secousses pendant leur sommeil.

IMPACT DU SÉISME SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
De nombreuses images et vidéos, largement partagées sur les réseaux sociaux, ont clairement démontré l’ampleur des dégâts matériels causés par le séisme. Ces médias ont permis de visualiser de manière frappante les conséquences du tremblement de terre, notamment dans la médina de Marrakech, une zone historique et emblématique de la ville.

PLUSIEURS DÉCÈS ET BLESSÉS
Un bilan actualisé du séisme, qui a secoué certaines provinces et préfectures du Royaume le 8 septembre courant, fait état de 2.681 morts, dont 2.501 ont été enterrées, soit 94% et 2.476 blessés jusqu’à 15H00 de ce lundi, indique le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Cette secousse tellurique a fait des morts dans la province d’Al Haouz, dans la province de Taroudant, dans la province de Chichaoua, dans la province de Ouarzazate, dans la préfecture de Marrakech, dans la province d’Azilal, dans la préfecture d’Agadir Ida Outanane, dans le Grand Casablanca et dans la province de Youssoufia, a précisé le Secrétaire général à la Direction générale des Affaires intérieures au ministère de l’Intérieur, lors d’un point de presse.

AFFLUX MASSIF VERS LES URGENCES
Selon des informations émanant de sources médicales locales, il a été observé un afflux massif de victimes vers les services d’urgence. Cependant, aucune donnée précise n’a été communiquée concernant le nombre exact de victimes. La situation médicale est décrite comme étant extrêmement grave, et les services d’urgence du CHU Mohammed VI de Marrakech ont été rapportés comme étant saturés, mettant en lumière l’impact significatif du séisme sur la population locale.

DÉPLOIEMENT DES FORCES DE SÉCURITÉ
Plusieurs témoignages provenant de la région ont signalé un déploiement conséquent des forces de sécurité, issues de diverses entités, dans la ville de Marrakech ainsi que dans d’autres zones touchées par le séisme. Cette mobilisation des forces de sécurité illustre la réponse immédiate aux besoins de secours et de gestion de crise suite à cet événement sismique majeur. Les Forces armées royales, les autorités locales, les services de l’ordre et les équipes de la protection civile dans les préfectures et provinces concernées poursuivent la mobilisation de tous les moyens d’intervention pour fournir les aides nécessaires et évaluer les dégâts.

LES CONSEILS DES EXPERTS
Malgré les inquiétudes, un sismologue a commenté que les caractéristiques de ce séisme ne semblaient pas correspondre à un événement très violent, car il n’a pas été accompagné de fortes ondes sonores (ondes P), du moins dans les zones éloignées de l’épicentre. Néanmoins, par mesure de précaution, il avait été recommandé à la population de rester à l’extérieur pendant environ une heure et demie, en évitant les fenêtres et les zones présentant un risque de chutes éventuelles.

À savoir que les séismes peu profonds provoquent une plus grande sensation de secousse que les tremblements de terre plus profonds, car ils se produisent à une faible profondeur sous la surface terrestre.

tremblement de terre Maroc séisme

Le précédent séisme significatif au Maroc remonte à l’événement d’Al Hoceïma en 2004. Cette secousse sismique s’était produite le 24 février 2004 à 02h27, dans la province d’Al Hoceïma, enregistrant une magnitude de 6,3 degrés sur l’échelle de Richter. Tragiquement, cet événement avait entraîné le décès de 628 personnes.

À savoir que relativement facile d’usage, l’échelle de Richter permet d’évaluer l’énergie libérée par un tremblement de Terre et donc les dégâts à craindre.

De manière imprécise, on peut estimer que :

– de 1 à 3, un séisme est à peine ressenti par les personnes ;
– de 4 à 5 il est nettement ressenti mais cause peu de dégâts ;
– de 6 à 7 il est destructeur ;
– à 8 il est de plus ressenti sur une grande distance ;
– et à 9 ou au-delà, il est dévastateur, toutes les structures sont détruites sur une large superficie.




À lire aussi :

séisme au Maroc: des dirigeants du monde expriment leur solidarité