mardi, mars 5, 2024
InternationalNational

Washington approuve la vente au Maroc de 18 HIMARS

Spread the love

ARTILLERIE LOURDE: WASHINGTON APPROUVE LA VENTE AU MAROC DE 18 HIMARS, LES LANCE-MISSILES LES PLUS MODERNES AU MONDE

Le Département d’État américain a approuvé mardi la décision concernant une éventuelle vente militaire étrangère au gouvernement marocain de 18 systèmes d’artillerie à haute mobilité (HIMARS) et d’équipements connexes pour un coût estimé à 524,2 millions de dollars.

Le ministère américain de la Défense, par le biais de son Agence de coopération en sécurité, a publié un communiqué le mardi 11 avril 2023, dans lequel il est annoncé que la vente de 18 systèmes d’artillerie HIMARS au Maroc a été approuvée par le Département d’État.

L’efficacité de ces systèmes a été démontrée sur le terrain.

Le gouvernement marocain a obtenu l’approbation du Département d’État américain pour l’acquisition de 18 systèmes d’artillerie HIMARS, selon un communiqué officiel de l’Agence de coopération en sécurité relevant du ministère américain de la Défense publié le 11 avril 2023. Le coût estimé de la transaction est de 524,2 millions de dollars.

Le communiqué précise que l’Agence a informé le Congrès de cette éventuelle vente après avoir délivré la certification requise.

La vente aidera à améliorer la sécurité d’un allié majeur non membre de l’OTAN en Afrique du Nord, qui contribue à la stabilité politique et au développement économique de la région, selon l’agence américaine.

Le communiqué de l’Agence de coopération en sécurité met également en avant que cette vente renforcera les capacités du Maroc à faire face aux menaces actuelles et futures, ainsi qu’à contrôler ses frontières, contribuant ainsi à la stabilité et à la sécurité régionales.

En outre, cette acquisition améliorera l’interopérabilité des Forces armées royales (FAR) qui s’entraînent régulièrement avec les forces américaines pour lutter contre le terrorisme et les organisations extrémistes violentes dans les régions du Maghreb et du Sahel.




Le communiqué souligne également que le Maroc n’aura aucune difficulté à intégrer ces nouveaux équipements dans ses forces armées.

Le Maroc a exprimé son intérêt pour l’achat de plusieurs équipements militaires, dont les 18 systèmes d’artillerie HIMARS mentionnés précédemment, ainsi que 40 systèmes de missiles tactiques M57 (ATACMS), 36 systèmes GMLRS (Guided Multiple Launch Rocket Systems) M31A2, 36 ogives alternatives M30A2 et d’autres équipements.

Les États-Unis fourniront également un soutien technique, logistique et d’ingénierie pour cette transaction.

Les entreprises impliquées dans cette vente comprennent Lockheed Martin Missiles and Fire Control, L3 Harris Communications, Raytheon, COBHAM Aerospace Connectivity, Oshkosh Defense, AAR Corporation, Cadillac et AM General.

Les systèmes d’artillerie américains HIMARS, qui sont utilisés dans le conflit en Ukraine depuis juin 2022, sont considérés comme les lanceurs de missiles les plus modernes au monde, doublant la portée de l’artillerie des troupes ukrainiennes jusqu’à 70 km. Ils sont également très précis, avec une marge d’erreur d’un mètre seulement, grâce à leurs missiles guidés GMLRS.

Il convient de rappeler que les Forces armées royales (FAR) du Maroc sont également équipées de systèmes d’artillerie CAESar, fabriqués en France et ayant également fait leurs preuves en Ukraine.

En effet, en 2020, un contrat d’acquisition de 36 unités de ce type a été signé pour un montant de 170 millions d’euros, auxquels s’ajoutent 30 millions d’euros de munitions.




Il s’agit d’un canon automoteur de 155 mm de longueur, d’une longueur de 52 calibres (soit plus de 8 mètres), fabriqué par Nexter Systems à Bourges et intégré sur son site de Roanne. Ce système offre à la fois une grande facilité de projection et une protection élevée pour le personnel.

Le CAESar se distingue notamment par sa mobilité accrue par rapport aux canons automoteurs classiques, ainsi que par son coût de maintenance inférieur de trois fois à celui d’un canon automoteur à chenilles, grâce à une facilité d’entretien du châssis.

Selon les informations relayées par le forum spécialisé Far-Maroc sur sa page Facebook, les FAR ont également fait l’acquisition de lance-roquettes PULS, fabriqués par l’entreprise israélienne Elbit Systems.

Ce système de lance-roquettes PULS, développé par l’entreprise israélienne Elbit Systems, offre une particularité intéressante : il permet le tir d’une large gamme de roquettes et de missiles téléguidés, ce qui en fait un bon équivalent du système américain HIMARS, avec des capacités défensives hautement éprouvées.

Pour le Maroc, l’acquisition de ces équipements est d’un grand intérêt, car elle permettra de faire face à la prolifération des missiles balistiques dans la région, renforçant ainsi la position du Royaume en tant que puissance régionale et pôle de stabilité. Grâce à cette puissance de feu redoutable, l’armée marocaine pourra rester mobile et peu vulnérable aux attaques ennemies.




L’Agence américaine de coopération en matière de sécurité et de défense (DSCA) a délivré le même jour la certification requise informant le Congrès de cette éventuelle vente des lance-roquettes les plus modernes au monde.

« Cette vente proposée soutiendra la politique étrangère et la sécurité nationale des États-Unis en aidant à améliorer la sécurité d’un Allié majeur non membre de l’OTAN qui continue d’être une force importante pour la stabilité politique et le progrès économique en Afrique du Nord. La vente proposée améliorera la capacité du Maroc à faire face aux menaces actuelles et futures, à les détecter et à contrôler ses frontières, contribuant ainsi au maintien de la stabilité et de la sécurité régionales. Il renforcera également l’interopérabilité des Forces Armées Royales (FAR), qui s’exercent régulièrement avec les forces américaines, en se focalisant sur la lutte contre le terrorisme et les organisations extrémistes violentes dans la région du Maghreb et du Sahel. Le Maroc n’aura aucune difficulté à intégrer ces équipements dans ses forces armées. La vente proposée de cet équipement et de ce soutien ne modifiera pas l’équilibre militaire dans la région », lit-on dans le communiqué de l’Agence américaine de coopération en matière de sécurité et de défense (DSCA).