mardi, mars 5, 2024
InternationalNational

L’Algérie craint une «normalisation» des relations Maroc-Iran

Spread the love

L’ALGÉRIE CRAINT UNE «NORMALISATION» DES RELATIONS ENTRE LE ROYAUME DU MAROC ET LA RÉPUBLIQUE ISLAMIQUE D’IRAN

L’Iran et le Maroc amorcent une normalisation des relations, suscitant des inquiétudes en Algérie

Le ministre iranien des Affaires étrangères salue le début de la normalisation des relations avec le Maroc

Le ministre iranien des Affaires étrangères a tenu une réunion avec les ambassadeurs des pays musulmans, où il s’est félicité du début d’une « normalisation des relations avec le Maroc » après une période de cinq ans de rupture diplomatique. Cette annonce a immédiatement attiré l’attention de l’Algérie, voisine du Maroc, et le président Abdelmadjid Tebboune a rapidement téléphoné à son homologue iranien, Ebrahim Raïssi.

Le président algérien contacte son homologue iranien pour renforcer la coopération bilatérale

Officiellement, l’appel entre les deux présidents était une occasion pour Ebrahim Raïssi de présenter ses vœux au peuple algérien à l’occasion de l’Aïd Al-Adha. Cependant, selon le communiqué de la présidence algérienne relayé par l’agence de presse algérienne APS (Algérie Presse Service), la discussion a également porté sur le renforcement de la coopération bilatérale et l’accélération de la tenue de la réunion de la grande commission mixte entre les deux pays.

L’Algérie craint les répercussions de la normalisation sur le dossier du Sahara marocain

L’Algérie, qui soutient le groupe séparatiste armé qui se fait appeler « Polisario » dans le conflit artificiel du Sahara occidental marocain, s’inquiète de cette normalisation des relations entre le Maroc et l’Iran. En effet, l’Iran reconnaît la « RASD » (République arabe sahraouie démocratique) depuis 1980, ce qui contraste avec la position du Maroc qui considère le Sahara occidental comme faisant partie intégrante de son territoire. En 2018, le Maroc avait rompu ses relations avec l’Iran en raison des livraisons d’armes iraniennes avérées aux milices du Polisario, avec la bénédiction de l’Algérie.



Le Maroc exigera des concessions de l’Iran concernant le Sahara marocain

Dans ce contexte, il est peu probable que le Maroc accepte une normalisation avec l’Iran sans des concessions de ce dernier concernant le Sahara marocain. Les autorités marocaines ont exprimé à plusieurs reprises leur attachement à l’intégrité territoriale du pays et ont souligné que cette question était une priorité nationale.

L’initiative du président algérien vise à protéger les intérêts du Polisario

L’initiative du président Abdelmadjid Tebboune de communiquer directement avec le président iranien Ebrahim Raïssi sur la question de la normalisation des relations avec le Maroc montre que l’Algérie accorde une grande importance à ce sujet et souhaite protéger ses propres intérêts, par procuration, avec les intérêts du Polisario. Cette démarche vise à éviter les répercussions négatives potentielles que cette normalisation pourrait avoir sur la position de l’Algérie dans le conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Les réactions internationales et les enjeux régionaux de cette normalisation

Il est important de noter que cette évolution dans les relations entre l’Iran et le Maroc suscite également des interrogations au sein de la communauté internationale et parmi les observateurs politiques, qui suivent de près l’évolution de la situation au Maghreb. Les prochains développements seront surveillés de près pour évaluer l’impact de cette normalisation annoncée sur les dynamiques régionales.