dimanche, mars 3, 2024
NationalSociété

Maroc : du nouveau dans le projet de TGV Kénitra-Marrakech

Spread the love

MAROC : DU NOUVEAU DANS LE PROJET DE TGV KÉNITRA-MARRAKECH

Le gouvernement dirigé par Aziz Akhannouch a récemment franchi une étape significative dans la concrétisation du projet de la ligne à grande vitesse entre la ville de Kénitra et la ville de Marrakech, inscrit au sein du plan ferroviaire Maroc 2040. Ce projet revêt une importance stratégique considérable dans le cadre du développement continu du réseau ferroviaire à grande vitesse au Maroc.

Concrètement, le gouvernement marocain, sous la direction d’Aziz Akhannouch, a pris des mesures concrètes en émettant un décret en date du 22 novembre. Ce décret donne au ministre de l’Équipement et de la Logistique, Mohamed Abdeljalil, l’autorisation de procéder aux expropriations nécessaires à des fins d’utilité publique. L’objectif est de libérer les terrains requis pour la réalisation de ce projet d’envergure. Notons que ce décret est entré en vigueur le 23 novembre, à la suite de sa publication dans le Bulletin officiel.

La ligne ferroviaire Kénitra-Marrakech, s’étalant sur une distance totale de 450 kilomètres, est conçue pour relier les principales villes du Maroc.

Cette liaison à grande vitesse vise à garantir un service de qualité aux passagers empruntant le réseau ferroviaire. Le projet est subdivisé en trois lots distincts : le lot 1, Kénitra-Aïn Sebaa, long de 150 kilomètres ; le lot 2, Aïn Sebaa-Nouaceur, long de 130 kilomètres ; et le lot 3, Nouaceur-Marrakech, long de 212 kilomètres.

Outre les avantages en termes de mobilité, cette initiative contribuera de manière significative au développement global du réseau ferroviaire marocain. L’assistance à la maîtrise d’ouvrage pour ce projet d’envergure a été confiée à la société française Egis.

Le calendrier ambitieux fixe comme objectif la finalisation de ce projet avant 2030, en synchronisation avec la Coupe du Monde de football que le Maroc co-organisera avec l’Espagne et le Portugal. Cette échéance souligne l’engagement du gouvernement marocain envers le développement des infrastructures de transport, renforçant ainsi la position du pays sur la scène internationale.