samedi, juillet 13, 2024
ReligionSociété

(Vidéo) Hassen Chalghoumi salue la décision d’expulser Hassan Iquioussen

IMAM DE DRANCY : L’EXPULSION D’IQUIOUSSEN EST UNE «PROTECTION DE L’ÉTAT À L’ÉGARD DES MUSULMANS»

L’imam de Drancy Hassen Chalghoumi, « l’imam préféré » de certains médias français a qualifié de «protection de l’État à l’égard des musulmans», l’accord qui a été donné par le Conseil d’État français, mardi, pour expulser l’imam marocain Hassan Iquioussen.




«Je le répète encore : je salue cette décision. Pour moi, c’est une reconnaissance, une protection de l’État à l’égard des musulmans», a-t-il déclaré avec un français parfois approximatif, sur un plateau de BFM TV.

«Cela est important. Je reçois beaucoup de familles musulmanes qui me disent : protégez-nous face à ces individus, ces gourous de l’islamisme et ces imams de Google. Je trouve que l’État a pris la conscience et le Conseil d’État a mis en priorité la protection de la société et de cette jeunesse face à cet individu», a-t-il enchaîné.

Hassen Chalghoumi a dit regretté les débats actuels «entre partis politiques de droite et de gauche».

«L’affaire n’est pas celle du ministre de l’Intérieur ; elle est notre affaire à tous», a insisté « l’imam préféré » de certains médias français.




Fin juillet, dans des déclarations à la presse, l’imam de Drancy a salué l’annonce par le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, de l’expulsion du prédicateur Hassan Iquioussen.

Il décrit «un homme qui incarne le conflit et le séparatisme», en appelant à «libérer l’islam de l’islamisme».

Hassen Chalghoumi a même assuré que Hassan Iquioussen serait «l’un des hommes les plus influents Frères Musulmans en France».

«Il incarne le séparatisme, l’islam politique, la confrontation, l’importation du conflit israélo-palestinien. Malheureusement, ce discours de l’islam politique est incarné dans le personnage d’Hassan Iquioussen», a-t-il ajouté.

Mardi, le Conseil d’État, saisi par le ministère français de l’Intérieur après la suspension de la décision début août par le Tribunal de Paris, a validé l’expulsion du prédicateur marocain né en France.