mercredi, juillet 24, 2024
InternationalNational

Pour l’Espagne, le Maroc n’a pas pu exploiter les données piratées sur les téléphones de Pedro Sánchez

Pour l’Espagne, le Maroc n’a pas pu exploiter les données piratées sur les téléphones de Pedro Sánchez




Le Centre national de renseignement (CNI) a assuré que le Royaume du Maroc ne peut pas faire pression sur le Président du gouvernement d’Espagne Pedro Sánchez avec des informations sensibles qu’il aurait obtenues après avoir piraté ses téléphones à l’aide du logiciel d’espionnage Pegasus.

Les services de renseignement espagnols excluent catégoriquement le fait que le Maroc ait pu menacer le gouvernement espagnol avec les données qu’il aurait volées sur les téléphones de Pedro Sánchez qui ont été « piratés » à l’aide de Pegasus en mai 2021.

Ils insistent sur le fait qu’il n’y a pas eu de faille de sécurité de leur part dans l’analyse des téléphones.

Le Centre national de renseignement estime « tout à fait plausible » que le Maroc ait pu espionner les téléphones de Pedro Sánchez et des ministres de la Défense et de l’Intérieur, mais en aucun cas, il ne portera cette information au public, assurent des sources à El Confidencial.




L’affaire Pegasus a secoué l’homme de confiance de Pedro Sánchez, Félix Bolaños, qui avait conseillé de la rendre publique.

Il devra apporter au juge saisi de l’affaire, aux partenaires politiques et à l’opposition les informations sur les données sensibles qui auraient été récupérées sur les téléphones du Président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez.

L’Espagne a ouvert une grave crise diplomatique avec le Maroc, après l’accueil de Brahim Ghali, le leader du groupe séparatiste armé qui se fait appeler « Polisario », en catimini dans un hôpital de Logroño.

S’en est suivie la crise migratoire à Sebta en mai 2021. La crise avec l’Algérie, quant à elle, est née après que Pedro Sánchez a exprimé le soutien de l’Espagne au plan d’autonomie du Sahara marocain.

L’Algérie a récemment suspendu ses échanges commerciaux avec l’Espagne qui accuse la Russie d’avoir poussé le pays à agir contre elle.