jeudi, juillet 18, 2024
InternationalNationalSociété

Tunnel Maroc-Espagne : le magazine Forbes commente le projet

Tunnel Maroc-Espagne: le magazine américain Forbes comment le méga projet

Il semble que le projet de tunnel sous-marin reliant l’Afrique à l’Espagne suscite l’intérêt bien au-delà des frontières des deux pays concernés. Le magazine économique américain Forbes a récemment commenté ce projet innovant. Selon eux, « Dans cinq ans, vous pourriez prendre un train à grande vitesse à Madrid et voyager de l’Espagne à Casablanca en cinq heures et demie grâce à un nouveau tunnel sous le détroit de Gibraltar.

Ce concept, qui ressemble à une idée tirée d’un livre de Jules Verne, a été initialement proposé par l’Espagne et le Maroc en 1979. Des études de faisabilité ont été réalisées jusqu’en 1981, mais le projet n’a pas progressé au-delà de cette phase », rapporte Forbes.

Aujourd’hui, l’Espagne et le Maroc réexaminent ce projet ambitieux, notamment en prévision de la Coupe du Monde de la FIFA 2030. Pour la première fois, cet événement sera co-organisé par trois pays de deux continents différents : l’Espagne, le Maroc et le Portugal. Les fans voudront se déplacer rapidement et efficacement entre ces pays pour assister aux matchs, et un tunnel ferroviaire sous-marin pourrait être la solution idéale pour relever ce défi.

La Société Nationale Marocaine pour les Études du Détroit (SNED) a annoncé avoir commencé des études de viabilité pour le projet, appelé le Lien Fixe Europe-Afrique du Détroit de Gibraltar. L’Espagne a également lancé des études en 2023 par le biais de la Société Espagnole pour les Études de Communication Fixe à travers le Détroit de Gibraltar (SECEGSA).

« Le projet a pris de l’importance après l’inauguration du premier train à grande vitesse du Maroc, qui relie Casablanca à Tanger, en 2023. Ce train, le plus rapide du continent africain, a montré la capacité du pays à mener à bien des projets ferroviaires de grande envergure », relève le magazine économique américain Forbes.

Le détroit de Gibraltar, à son point le plus étroit, n’est large que de 14 kilomètres. Le magazine envisage une situation où un tunnel ferroviaire à grande vitesse sous-marin relierait l’Espagne au Maroc. Ce tunnel pourrait réduire le temps de trajet de Madrid à Casablanca à seulement cinq heures et demie, ce qui serait une amélioration significative par rapport aux 12 heures actuellement nécessaires en voiture et en ferry, ou au vol de deux heures, qui nécessite en plus du temps de déplacement vers et depuis les aéroports.

Le train partirait de Madrid, s’arrêterait dans la ville espagnole d’Algésiras, à l’extrême sud de la péninsule ibérique, près du détroit de Gibraltar. Il entrerait ensuite dans un tunnel sous le détroit, reliant Punta Paloma en Espagne à Punta Malabata au Maroc. Le prochain arrêt serait la ville de Tanger, avant d’atteindre la destination finale à Casablanca. Le segment entre Algésiras et Tanger serait d’environ 42 kilomètres, dont 27 kilomètres en tunnel sous-marin. À son point le plus bas, le tunnel serait à environ 470 mètres sous le niveau de la mer, avec une pente maximale d’environ 3 %.

Ce serait la première liaison ferroviaire entre les deux continents. En plus de l’intérêt pour la Coupe du Monde, ce tunnel ouvrirait et connecterait les réseaux ferroviaires existants des deux pays, et au-delà. La SECEGSA estime qu’il « pourrait transporter jusqu’à 12,8 millions de passagers par an entre les continents. Les coûts de construction, bien que non définitivement établis, sont estimés entre 7 et 8 milliards de dollars ».

À ce jour, aucun calendrier ou date de début du projet n’a été fixé. Le financement devrait provenir principalement des pays concernés, l’Espagne et le Maroc, avec un soutien potentiel de l’Union Européenne. « Dans un contexte où le train à grande vitesse gagne en popularité en Europe, ce projet se distingue par son inventivité et son audace, laissant espérer une réalisation possible dans un avenir proche », conclut le magazine économique américain Forbes.