mardi, mai 21, 2024
InternationalNationalSociété

Maroc-Espagne : des initiatives pour accélérer le projet du tunnel

MAROC-ESPAGNE : DES INITIATIVES POUR ACCÉLÉRER LE PROJET DU TUNNEL

Diverses initiatives sont actuellement déployées pour accélérer le processus de réalisation du projet de tunnel de Gibraltar (Afrotunnel), le projet de tunnel sous-marin ferroviaire entre l’Europe et l’Afrique, sous le détroit de Gibraltar, reliant le Royaume du Maroc et le Royaume d’Espagne.

Considéré comme une priorité stratégique majeure des deux côtés du détroit, ce projet revêt une importance particulière, notamment en vue de la Coupe du monde 2030.

Cependant, les informations les plus récentes indiquent un changement de cap, avec une orientation exclusive vers une liaison ferroviaire.

Les contours de ce projet commencent à se dessiner avec plus de précision. Selon le quotidien espagnol La Razón, la liaison sous-marine stratégique entre le Maroc et l’Espagne sera basée sur une connexion ferroviaire.

Ce choix s’inscrit dans une vision ambitieuse de réaliser l’une des plus grandes prouesses d’ingénierie civile de l’histoire, offrant une avancée majeure en termes de logistique et ayant un impact significatif sur les coûts de transport dans la région.

Le tunnel projeté, long de 40 kilomètres et reliant les deux pays, ne sera pas accessible à la circulation des véhicules, selon les premières études.

Au lieu de cela, il sera dédié au transport de passagers et de marchandises via des trains-navettes spécialement conçus pour les véhicules et les camions, ainsi que des trains conventionnels pour les passagers et les marchandises.

La distance entre les terminaux des deux côtés du détroit est estimée à 42 kilomètres, tandis que la longueur totale du tunnel, une grande partie étant sous l’eau, est de 38,7 kilomètres.

Le choix de privilégier le transport des véhicules par train est motivé par la nécessité d’éviter les congestions dans le tunnel, qui est reconnu comme un point de blocage majeur pour le transit des marchandises.

Bien que le projet ne soit pas encore finalisé, la société espagnole Secegsa, en charge de sa réalisation, estime qu’il pourrait être opérationnel entre 2030 et 2040, selon les délais actuels.

En ce qui concerne le tracé exact du tunnel, des études approfondies sont en cours. Initialement envisagée entre Punta de Oliveros en Espagne et Punta Cires au large de Tanger Med au Maroc, cette option s’est avérée impraticable en raison de la profondeur de la mer dans cette zone.

Une alternative explorée par les experts impliquerait de prolonger le tunnel de Gibraltar entre les rives de Punta Paloma et du Cap Malabata du côté marocain, offrant ainsi une solution réalisable pour cette entreprise ambitieuse.