jeudi, février 22, 2024
EconomieInternationalNationalSociété

Les Émirats Arabes Unis investiront dans le gazoduc Nigeria-Maroc

Spread the love

LES ÉMIRATS ARABES UNIS INVESTIRONT DANS LE GAZODUC NIGERIA-MAROC

Le lundi 4 décembre 2023, les Émirats Arabes Unis ont officiellement exprimé leur intention d’investir dans le projet de gazoduc reliant le Nigeria au Maroc. Cette déclaration fait suite à la visite officielle du roi Mohammed VI à Abou Dhabi, illustrant l’importance diplomatique de cette collaboration énergétique.

Le Maroc et les Émirats Arabes Unis prévoient d’explorer en détail les possibilités de coopération, notamment dans les domaines des partenariats économiques et du développement des infrastructures énergétiques avec les pays africains. Cela se fera en respectant les cadres juridiques et législatifs, avec un accent particulier sur le projet majeur du gazoduc Afrique-Atlantique, également connu sous le nom de gazoduc Nigeria-Maroc.

La concrétisation du projet de Gazoduc Maroc-Nigeria semble s’esquisser pour l’année 2024, conforme aux résultats positifs des études de faisabilité et d’ingénierie, lesquelles ont confirmé la viabilité technique et économique de l’entreprise.

La découverte récente de vastes réserves gazières au Nigeria, en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Mauritanie a renforcé l’urgence de mettre en œuvre le projet du gazoduc Nigeria-Maroc, impliquant un investissement colossal de l’ordre de 25 milliards de dollars.

L’exploitation de ces gisements contribuera significativement à l’approvisionnement en gaz de l’Europe par le biais de ce gazoduc, tout en favorisant l’intégration régionale et le développement économique au sein des pays participants.




L’érection de cette infrastructure revêt une importance stratégique majeure pour l’Afrique de l’Ouest. Outre l’approvisionnement en gaz, le projet favorisera l’électrification, répondra aux besoins croissants en gaz domestique et contribuera à l’abandon des pratiques environnementalement néfastes telles que le torchage de gaz. En sécurisant un approvisionnement concurrentiel pour l’Europe, le projet promet des retombées économiques positives étendues à l’ensemble de la région.

L’extension planifiée du gazoduc existant dans la zone de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), avec une augmentation de capacité de 20 à 46 pouces à partir du Togo, garantira un débit optimal pour le transport des ressources gazières de la région.

Face à l’instabilité géopolitique du marché du gaz, les réserves considérables du Nigeria, sous-exploitées jusqu’à récemment, prennent une importance cruciale. La diversification des sources d’approvisionnement européennes ouvre des opportunités stratégiques et économiques pour les pays de la région, comme souligné par L’Observateur du Maroc et d’Afrique.

Initié par le Maroc et le Nigeria, le projet du gazoduc a progressé rapidement depuis la signature du protocole d’accord en 2016. Malgré les efforts de l’Algérie pour entraver le projet, de nombreuses capitales africaines le considèrent comme un catalyseur de paix en Afrique de l’Ouest, visant à établir une complémentarité économique significative avec la région atlantique du continent.