lundi, juillet 15, 2024
InternationalNational

Le Maroc s’est engagé pour utiliser une IA militaire responsable

LE MAROC S’EST ENGAGÉ POUR UTILISER UNE INTELLIGENCE ARTIFICIELLE MILITAIRE RESPONSABLE

Le Maroc, en compagnie de 30 autres nations, a adhéré à la déclaration politique sur l’utilisation responsable de l’intelligence artificielle (IA) et de l’autonomie dans le contexte militaire, émise en février par les États-Unis.

Kamala Harris, la Vice-Présidente des États-Unis, a annoncé dans un communiqué officiel de la Maison Blanche cette semaine que 31 pays ont rallié cette déclaration, tout en encourageant d’autres nations à faire de même.

Cette déclaration établit un ensemble de normes visant à encadrer le développement, le déploiement et l’utilisation responsable des capacités militaires liées à l’intelligence artificielle. Elle permet aux États du monde entier de tirer parti de ces capacités, y compris des systèmes autonomes pour leurs forces armées et leurs infrastructures de défense, de manière responsable et en conformité avec le droit international.

Ces normes comprennent le respect du droit international humanitaire, la formation adéquate du personnel, l’intégration de mesures de sécurité essentielles, ainsi que la soumission des capacités à des tests rigoureux et à un examen juridique. Cette déclaration ouvre la voie à un dialogue crucial entre les États responsables concernant la mise en œuvre de ces principes et pratiques fondamentaux.

Les pays ayant adhéré à cette déclaration sont le Maroc, l’Albanie, l’Australie, la Belgique, la Bulgarie, le Canada, la République tchèque, le Danemark, l’Estonie, la Finlande, la France, la Géorgie, l’Allemagne, la Hongrie, l’Islande, l’Irlande, l’Italie, le Japon, le Kosovo, la Lettonie, le Liberia, le Malawi, le Monténégro, la Macédoine du Nord, le Portugal, la Roumanie, Singapour, la Slovénie, l’Espagne, la Suède et le Royaume-Uni.

La Maison Blanche a également annoncé que dans le cadre des efforts mondiaux visant à renforcer les règles et les normes internationales, la Vice-Présidente des États-Unis Kamala Harris s’engage à élaborer un ensemble de règles et de normes pour l’intelligence artificielle en collaboration avec les alliés et les partenaires, en mettant en avant des valeurs démocratiques telles que la transparence, la confidentialité, la responsabilité et la protection des consommateurs.

Son voyage à Londres et sa participation au Sommet mondial sur la sécurité de l’intelligence artificielle contribueront à faire progresser ces initiatives.

Le communiqué souligne que le voyage de la Vice-Présidente des États-Unis au Royaume-Uni la semaine dernière s’inscrit dans le prolongement de son engagement continu en faveur de la résolution des défis et de la saisie des opportunités liées à la technologie avancée.

En mai, Kamala Harris a réuni les PDG de grandes entreprises innovantes en matière d’intelligence artificielle, ce qui a conduit à des engagements volontaires de 15 grandes entreprises en faveur d’un développement sécurisé, fiable et transparent de la technologie de l’intelligence artificielle.

En juillet, Kamala Harris a également rassemblé des leaders en matière de protection des consommateurs, de travail et de droits civils pour discuter des risques liés à l’intelligence artificielle et souligner qu’il est possible de favoriser l’innovation tout en protégeant les droits des consommateurs.