jeudi, juillet 18, 2024
InternationalNationalUncategorized

La fausse visite d’Emmanuel Macron au Maroc

LA FAUSSE VISITE D’EMMANUEL MACRON AU MAROC

LES IMPAIRS FRANÇAIS ENVERS LE MAROC
Le président français et ses ministres multiplient les impairs à l’égard du Maroc, au point que les autorités marocaines décident, de nouveau, de clarifier les choses.

RÉSISTANCE AU CHANGEMENT
Il faut des années, et même des décennies, pour que la «République de Macron» assimile enfin que des flots d’eau sont passés sous les ponts et que le changement chez les peuples, les sociétés et les États est inéluctable. Il faut des années pour qu’elle comprenne que le temps du mandat, du protectorat et du colonialisme est révolu. C’est un fait, les États dignes, au passé glorieux vont immanquablement se relever, écrit le quotidien marocain arabophone Assabah.

L’INFANTILISME POLITIQUE
Or, poursuit l’éditorialiste, les actions du président Macron et son comportement, qui relèvent de l’infantilisme politique, montrent clairement qu’il n’arrive pas à comprendre cette réalité. Ou du moins une partie de cette réalité. Ce qui va sans doute accentuer son isolement au sein même de la classe politique et des élites de son propre pays. Le piège se referme ainsi sur lui.

RÉGRESSION FRANÇAISE
Les événements successifs montrent que ce comportement du président français a fait que son pays continue de régresser jour après jour aussi bien sur le plan politique que diplomatique et même économique et militaire.

UNE FRANCE INDÉLICATE
Alors que le Royaume du Maroc est meurtri à cause du violent séisme qui a frappé dans le Haut Atlas, la France a montré ce qu’il y a de pire en elle. Elle a montré son mauvais visage. Et pendant ce temps, alors que ses médias se sont déchaînés contre le Maroc et les déclarations politiques se sont enchaînés, le président semble jouer le rôle du maestro.

LE MÉPRIS FRANÇAIS
Croyant, ou feignant de croire que le pays s’est effondré et qu’il n’y a plus de gouvernement ni d’institutions debout,
il a pris la liberté de s’adresser directement, depuis les couloirs de l’Élysée, au peuple marocain, sans aucun respect pour le pays. Tel un éléphant dans un magasin de porcelaine, il ne peut plus bouger sans faire de dégâts dans les relations entre les deux pays. Emmanuel Macron a adopté une démarche qui a outrepassé les protocoles diplomatiques et les compétences souveraines du Maroc en communiquant directement avec les citoyens marocains sur X (ex-Twitter), au point que cela ressemble à un discours adressé à la Nation… ! Le message d’Emmanuel Macron aux Marocains n’est pas passé…

LE DÉRAPAGE DE LA MINISTRE FRANÇAISE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES
Les membres de son gouvernement ne font pas mieux. Les déclarations de sa ministre des Affaires étrangères en est l’exemple parfait. En plein déchaînement médiatique et diplomatique sur le Maroc,
la réponse du Royaume ne s’est pas fait attendre, cinglante et ferme, écrit de son côté le quotidien Al Ahdath Al Maghribia dans sa livraison du même jour. Contrairement à ce qu’a annoncé la cheffe de la diplomatie sur une chaîne française depuis le Caire, en Égypte, la visite du Macron au Maroc dont elle parle n’est ni programmée, ni même à l’ordre du jour.

LA CHEFFE DE LA DIPLOMATIE FRANÇAISE ET SES ANNONCES NON CONCERTÉES
On se rappelle tous, poursuit le quotidien, comment le président français, encore grisé par une visite triomphante en Algérie, avait annoncé son hypothétique visite au Maroc. Au sortir d’un concert de musique, quand on lui a demandé s’il allait visiter aussi le Maroc il avait affirmé que oui, et lorsqu’on lui a demandé la date, Emmanuel Macron a annoncé que ce serait en octobre 2022 (vidéo). Oui, il s’agit bien du mois d’octobre de l’année dernière et cette auto-invitation non concertée avec les autorités marocaines ne pouvait pas aboutir. Il y a ds protocoles, on n’entre pas au Maroc voir le Roi comme dans un moulin. C’est dans les mêmes conditions, à peu de chose près, que
la ministre française des Affaires étrangères a annoncé qu’il ne reste plus qu’à fixer une date pour cette visite (vidéo). Non seulement ses propos ont été démentis par une source gouvernementale officielle marocaine, mais cette dernière s’étonne que la ministre ait pris cette initiative unilatérale et se soit donnée la liberté de faire une annonce non concertée concernant une échéance bilatérale importante. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que la ministre agit de la sorte, rappelle un spécialiste des relations internationales cité par le quotidien. Il y a quelques mois, en visite au Maroc pour mettre fin à la crise des visas, elle avait déjà annoncé cette visite pour le premier trimestre de l’année en cours.




À lire aussi :

(Document) Maroc ? Algérie ? Le pari perdant d’Emmanuel Macron