jeudi, juillet 18, 2024
EconomieInternationalNationalSociété

Maroc-Corée du Sud : vers un accord de libre-échange

VERS UN ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE ENTRE LE MAROC ET LA CORÉE DU SUD

Renforcement des relations économiques Maroc-Corée du Sud : vers des Accords de Partenariat Économique

Au cœur des dynamiques économiques actuelles, le Maroc et la Corée du Sud s’engagent dans une démarche de renforcement de leurs liens commerciaux. Dans cette perspective, la Corée du Sud envisage d’établir des Accords de Partenariat Économique (APE) avec sept pays émergents et prometteurs, dont le Maroc. Cette décision stratégique a été annoncée par le ministère sud-coréen du Commerce, de l’Industrie et de l’Énergie, témoignant de l’importance accordée à ces partenariats.

Stimuler la croissance et diversifier les échanges
L’objectif fondamental derrière cette série d’accords est de favoriser la croissance économique et de diversifier les relations commerciales de la Corée du Sud. Parmi les pays visés, le Maroc se profile comme un partenaire potentiellement clé pour cette stratégie. Au-delà de la simple ouverture de marchés, ces Accords de Partenariat Économique visent à établir des relations commerciales réciproquement avantageuses, bien qu’ils couvrent un spectre de domaines plus restreint que les accords de libre-échange classiques.

Les pays avec qui la Corée du Sud convoite la signature d’un Accord de Partenariat Économique bilatéral
Outre le Maroc, la Corée du Sud cible d’autres pays pour la signature d’APE bilatéraux, dont le Kenya, la Tanzanie, la Thaïlande, le Pakistan, la Serbie et la République dominicaine. Le vice-ministre sud-coréen chargé des négociations commerciales a souligné que ces nations offrent un potentiel de croissance substantiel et constituent des partenaires stratégiques pour renforcer la présence commerciale sud-coréenne.

Les sept pays ont un potentiel de croissance élevé et disposent d’une grande marge de manœuvre pour une coopération mutuellement bénéfique avec la Corée du Sud. Le vice-ministre sud-coréen chargé des négociations commerciales





Les Accords de Libre-Échange comme moteurs de développement
Cette démarche s’inscrit dans une stratégie plus large de la Corée du Sud visant à conclure plus de 10 accords de libre-échange et à établir des cadres de promotion commerciale avec plus de 20 pays au cours de cette année. Les relations entre le Maroc et la Corée du Sud ne font pas exception à cette orientation. Les deux pays ont déjà collaboré avec succès sur des projets tels que le « Green and Smart Building Park », une plateforme dédiée à la recherche et au développement dans le domaine des bâtiments écologiques et des réseaux intelligents.

Des liens historiques et commerciaux ancrés dans le temps
Les relations entre le Maroc et la Corée du Sud remontent à près de 56 ans, témoignant d’une amitié solide. Cette relation s’intensifie aujourd’hui, avec plusieurs entreprises sud-coréennes qui investissent au Maroc, notamment dans le secteur industriel. Cette coopération non seulement crée des opportunités d’emploi, mais également favorise l’échange d’expertise.

Une opportunité pour l’Afrique
Cette situation représente également une opportunité pour renforcer les relations entre le Maroc, la Corée du Sud et le continent africain. Il est possible d’envisager une collaboration accrue en matière de développement, de recherche scientifique et de soutien économique. Grâce à leurs positions géographiques stratégiques et à la complémentarité de leurs économies, ces accords de libre-échange sont appelés à jouer un rôle central dans les relations bilatérales.

Un appel à l’initiative et à l’imagination
Il est crucial que les investisseurs marocains et sud-coréens s’engagent avec créativité et détermination pour stimuler davantage ces échanges. Ensemble, ils peuvent exploiter leurs avantages mutuels et leurs complémentarités évidentes pour dynamiser leurs relations économiques. Cette coopération promet de débloquer de nouvelles opportunités de croissance et de collaboration, tout en renforçant les liens solides entre le Maroc et la Corée du Sud.