lundi, juillet 15, 2024
InternationalNationalPolitique

Le ministre algérien des Affaires étrangères: l'Algérie ne demande que le respect du Maroc

Le ministre algérien des Affaires étrangères: le gouvernement algérien ne demande que le respect du Maroc




Le ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a dans un entretien accordé à la chaîne « Russia Today » évoqué le Royaume dans son tour d’horizon avec la journaliste qui l’interviewait. Le chef de la diplomatie s’est montré conciliant à l’égard du Maroc en ces temps où les relations entre les deux pays sont plutôt tendues et a affirmé que l’Algérie n’avait aucunement de mauvaises intentions envers son voisin.




Interrogé sur la situation entre les deux pays, le ministre algérien des Affaires étrangères a été catégorique. «L’Algérie ne fera aucun mal au Maroc et le gouvernement algérien ne demande que le respect de la partie marocaine » ait-t-il déclaré.
« Vous n’entendrez pas de l’Algérie ou d’un responsable algérien des propos inappropriés ou déplacés à l’encontre du Maroc », a-t-il encore dit.
Se voulant apaisant le chef de la diplomatie algérienne a encore précisé:« Nous ne souhaitons que le meilleur pour le Maroc et nous n’envisageons aucun mal à notre voisin. Nous ne demandons que le respect ».




Et d’un doux euphémisme, il a eu cette phrase « l’avenir du Grand Maghreb arabe est dans son unité, nous souhaitons le meilleur à tous nos voisins ».
Cependant, Sabri Boukadoum a souligné que cette bonne volonté «ne changeait pas les positions internationales de l’Algérie connues du monde, y compris par le Maroc quant au dossier du Sahara ».
Les propos du Chef de la diplomatie algérienne rejoignent ceux du président algérien Abdelmadjid Tebboune qui au début du mois avait exclu une quelconque friction avec le Maroc, estimant que ce n’était là qu’une bénigne « escalade verbale peu signifiante » entre les deux pays.




Mais aussi que « la sagesse a toujours prévalu entre nous ». Le président avait également fait référence à la construction de la caserne de Jerada et avait également déclaré en changeant de ton que « l’escalade verbale était passée à une autre forme ».
Sabri Boukadoum dans son entretien avec « RT » caressait-il dans le sens du poil ou voilait-il quelques intentions belliqueuses de l’Algérie ?
Toujours est-il qu’à part les déclarations d’usage, le voisin de l’Est n’a jamais fait montre d’une réelle volonté d’ouverture avec le Royaume du Maroc. Non pas le moindre signe si ce n’est quelques hostilités que la raison ne comprend toujours pas.




À lire aussi:

(Vidéo fr) Interview de Tebboune: « nous n’avons aucun problème avec les Marocains »