samedi, avril 13, 2024
NationalSociété

Produits alimentaires : 4.609 infractions du 1er janvier au 20 mars

PRODUITS ALIMENTAIRES : 4.609 INFRACTIONS CONSTATÉES DU 1ER JANVIER AU 20 MARS

Un total de 4.609 infractions a été constaté du 1er janvier au 20 mars, suite aux opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires effectuées par les commissions centrales et locales, selon la Direction de la Concurrence, des Prix et de la Compensation relevant du ministère de l’Économie et des Finances.

Parmi ces infractions, 794 ont fait l’objet d’avertissements aux contrevenants, tandis que 3.815 procès-verbaux ont été établis et transmis aux tribunaux compétents, précise la Direction dans un communiqué sur la tenue, mercredi, de la 2ème réunion du mois de Ramadan de la Commission interministérielle chargée du suivi de l’approvisionnement, des prix et des opérations de contrôle.

Ces opérations effectuées par les commissions centrales et locales, présidées par le ministère de l’Intérieur au niveau des préfectures et des provinces, ont conduit au contrôle de 67.734 points de production, de stockage et de vente en gros et au détail, permettant la saisie et la destruction de 258,56 tonnes de produits impropres à la consommation ou non conformes aux normes réglementaires en vigueur.

La Commission continue d’œuvrer durant le mois de Ramadan pour suivre l’évolution des marchés, la situation de l’approvisionnement et les prix et faire face à toutes les formes de fraude, de monopole, de spéculation et de manipulation des prix, fait valoir la Direction.

Cette commission s’est réunie sous la présidence du ministère de l’Économie et des Finances, en présence de représentants des départements ministériels chargés de l’Intérieur, de l’Agriculture et de la Pêche maritime, de l’Industrie et du Commerce, de la Transition énergétique et des établissements publics concernés.

À noter que c’est l’ONSSA (l’office national de securite sanitaire des produits alimentaires) qui est chargé:
– d’assurer la surveillance et la protection sanitaire du patrimoine végétal et animal au niveau national et aux frontières;
– d’assurer la sécurité sanitaire des produits alimentaires , y compris les produits de la pêche et les aliments pour animaux;
– d’homologuer et contrôler les intrants agricoles (semences, produits phytopharmaceutiques, supports de cultures) et les médicaments vétérinaires;
– d’appliquer les législations et réglementations relatives à la police sanitaire vétérinaire et phytosanitaire;
– d’évaluer le risque sanitaire et phytosanitaire.