samedi, avril 13, 2024
Faits diversInternationalSociété

Espagne : 3 personnes arrêtées pour le meurtre de 5 marocains

ESPAGNE : 3 PERSONNES ARRÊTÉES POUR LE MEURTRE DE 5 MAROCAINS

Les forces de police nationale et de la Garde civile d’Espagne, en étroite collaboration avec Europol, ont mené une opération conjointe qui a abouti à l’arrestation de trois individus, comprenant deux hommes et une femme, soupçonnés d’avoir joué un rôle crucial dans le décès tragique de cinq migrants, noyés à bord d’un navire de migration en provenance du Maroc.

Selon les informations fournies par le ministère espagnol de l’Intérieur, ces événements ont eu lieu vers la fin de l’année précédente, lorsque les autorités ont intercepté un navire de migrants au large des côtes des villes de San Fernando et Chiclana à Cadix. Ce navire transportait plus de 30 migrants marocains, parmi lesquels cinq ont perdu la vie. L’identification des victimes a été rendue possible grâce à l’analyse de l’ADN fourni par leurs proches au Maroc, en collaboration avec une organisation non gouvernementale.

Les suspects auraient contraint les migrants à débarquer dans une zone à forts courants marins, en utilisant des armes blanches pour les menacer. Cette situation tragique a malheureusement entraîné la perte de vie de certains migrants qui ne savaient pas nager, tandis que d’autres ont été secourus.

L’enquête approfondie, menée conjointement par la police nationale et la Garde civile, a permis de localiser le navire en question, de retracer son itinéraire et d’identifier les individus responsables de cette opération. De plus, les enquêteurs ont pu déterminer les montants payés par les migrants pour cette traversée périlleuse, ces montants variant entre 3 000 et 12 000 euros.

Suite à l’identification des criminels, des opérations de perquisition ont été menées dans différentes localités telles que Grenade, Algésiras et San Roque, ce qui a conduit à l’arrestation des deux hommes et d’une femme pour divers chefs d’accusation, notamment meurtre, participation à une organisation criminelle, violation des droits des citoyens étrangers et implication dans le trafic de personnes.

Il est important de noter que le ministère espagnol de l’Intérieur n’a pas écarté la possibilité de complicités supplémentaires dans cette affaire, soulignant ainsi la complexité de l’enquête en cours.