mardi, juillet 23, 2024
InternationalNationalSociété

Gaza : à l’ONU, le Maroc appelle encore à cesser les agressions

GAZA : À L’ONU, LE MAROC APPELLE ENCORE À CESSER LES AGRESSIONS

Gaza: à l’ONU, le Maroc renouvelle son appel à cesser les agressions militaires et à préserver les chances de paix

Par la voix de son ambassadeur représentant permanent, le Maroc a renouvelé, devant l’Assemblée générale de l’ONU, son appel à cesser les agressions militaires dans la région du Moyen-Orient, en lui épargnant les affres d’un conflit qui risque d’y torpiller toute chance de paix et de stabilité.

Lors d’une session extraordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU, l’ambassadeur représentant permanent du Maroc, Omar Hilale, a indiqué que la région a connu, lors des dernières semaines, des actes de violence contre tous les civils et leurs propriétés y compris les hôpitaux, ainsi que des violations du droit international et du droit humanitaire international, outre des opérations militaires dans la bande de Gaza, relevant que cette situation constitue une source de préoccupation majeure pour le Maroc.

Il a, dans ce cadre, souligné que le Maroc appelle à réduire l’escalade, à cesser l’effusion de sang et les agressions militaires, tout en soulignant l’impérieuse nécessité de protéger tous les civils et de ne pas les prendre pour cible, et ce conformément aux principes du droit international et aux valeurs humaines communes.

Le Maroc a également insisté sur l’importance de permettre l’acheminement des aides humanitaires, de façon rapide, continue et en quantité suffisante au profit des habitants de la bande de Gaza, ainsi que sur le rejet des solutions et idées visant à déplacer ou à déporter les Palestiniens de leur territoire et à mettre en danger la sécurité des pays voisins, a noté M. Hilale, ajoutant que le Maroc a insisté aussi sur l’impératif de lancer un véritable processus de paix qui mène à la solution à deux États, avec l’établissement d’un État palestinien avec Al-Qods Est comme capitale sur les frontières du 4 juin 1967, vivant côte à côte avec Israël.

Le diplomate a en outre rappelé qu’à l’issue du sommet de la paix qui s’est tenu au Caire le 21 octobre, le Maroc et huit pays arabes ont publié une déclaration appelant le Conseil de sécurité de l’ONU à engager les parties à un cessez-le-feu immédiat et durable, et à garantir et faciliter l’accès rapide, sûr, continu et sans entrave de l’aide humanitaire à la bande de Gaza.

Il a ajouté que les Groupes arabe, islamique et des pays Non-alignés ont appelé à une session extraordinaire après que le Conseil de sécurité n’était pas parvenu à adopter une résolution qui met fin à la situation tragique à Gaza, émettant le souhait de voir la résolution adoptée par l’AG de l’ONU constituer une véritable opportunité pour donner de l’espoir aux peuples de la région et une étape importante vers une solution à la crise actuelle.

L’ambassadeur a, de même, relevé que dans le cadre de l’engagement constant du roi Mohammed VI, Président du Comité Al-Qods, en faveur de la cause palestinienne, et sur Hautes instructions Royales, le Maroc a envoyé des aides humanitaires d’urgence aux populations palestiniennes, ajoutant que ces aides ont été remises au Croissant rouge égyptien pour acheminement vers la bande de Gaza.

Dans la même veine, il a indiqué que le Comité Al-Qods, dans le cadre des hautes instructions du Roi, a envoyé une contribution aux établissements hospitaliers et sociaux principaux, qui prennent en charge les cas médicaux et sociaux d’urgence engendrés par les développements de la situation dans la bande de Gaza.

M. Hilale a, par ailleurs, réitéré la solidarité entière du Maroc avec les droits légitimes du peuple palestinien frère, basés sur la légitimité internationale et sur la solution à deux États tel que convenu au niveau international, et devant aboutir à l’établissement d’un État palestinien indépendant avec Al-Qods Est comme capitale sur les frontières du 4 juin 1967, vivant côte à côte avec Israël, dans la paix et la sécurité.

L’ambassadeur a, de même, relevé que le Maroc souligne la nécessité de cesser toutes les mesures portant atteinte au statut juridique et historique de la ville d’Al-Qods, au service de la paix et la stabilité, notant que la ville sainte doit rester une terre de rencontre et symbole de coexistence pour les disciples des trois religions monothéistes, outre un centre des valeurs de respect mutuel et de dialogue tel que stipulé dans l’Appel d’Al-Qods signé par le roi Mohammed VI, Président du Comité Al-Qods, et Sa Sainteté le Pape François le 2 mars 2019 à Rabat.

Il a, dans ce cadre, cité un passage du message que le Roi avait adressé au président du Comité des Nations Unies pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, dans lequel le Souverain affirme «Nous soulignons une fois de plus que le blocage du processus politique entre Israéliens et Palestiniens ne rend pas service à la paix que Nous souhaitons voir régner dans la région.

Dans le même temps, Nous encourageons tout signe positif et toute initiative louable, susceptibles de rétablir le climat de confiance et de favoriser l’amorce de négociations responsables dont l’issue serait un règlement juste, global et durable de la question palestinienne, conformément aux décisions de la légalité internationale et sur la base de la solution réaliste à deux États».

M. Hilale a conclu en soulignant que le Maroc, sous la conduite du roi Mohammed VI, Président du Comité Al-Qods, demeure attaché au choix de la paix et réitère sa disposition à coordonner avec l’ensemble des partenaires en vue de s’engager dans tout effort international visant à mettre fin à la situation tragique et dangereuse à Gaza.