jeudi, juillet 18, 2024
InternationalNational

Le projet Xlinks reconnu d’importance nationale par Londres

MAROC-ROYAUME-UNI: LE PROJET DE CÂBLE SOUS-MARIN MAROC-ROYAUME-UNI (XLINKS) RECONNU D’«IMPORTANCE NATIONALE» PAR LONDRES

RECONNAISSANCE D’IMPORTANCE NATIONALE POUR LE PROJET DE CÂBLE SOUS-MARIN MAROC-ROYAUME-UNI (XLINKS) PAR LONDRES
Le gouvernement britannique a récemment accordé au projet de câble sous-marin Maroc-Royaume-Uni, également connu sous le nom de Xlinks, le statut d’«importance nationale». Cette décision majeure souligne l’engagement du Royaume-Uni envers ce projet d’envergure qui vise à répondre à une partie significative de ses besoins énergétiques grâce à des sources d’énergie renouvelable produites dans la région de Guelmim-Oued Noun au Maroc.

UNE ÉTAPE SIGNIFICATIVE POUR XLINKS
La startup londonienne Xlinks, porteuse du projet, a confirmé que le Département pour la sécurité énergétique et le net zéro (DESNZ) britannique avait accordé ce statut spécial au projet. En termes pratiques, cela signifie que le projet de câble sous-marin Maroc-Royaume-Uni est désormais classé comme l’un des « projets d’infrastructure d’importance nationale » (National Significant Infrastructure Projects – NSIP) au Royaume-Uni.

UN PROCESSUS JURIDIQUE STRICT
Les NSIP sont des projets d’infrastructure majeurs qui requièrent l’approbation du développement par le secrétaire d’État compétent, au moyen d’une ordonnance d’accord de développement. Cette démarche est encadrée par le Planning Act 2008 du gouvernement britannique, qui impose un processus strict, comprenant des consultations publiques et un examen indépendant, pour garantir la transparence et la conformité juridique.

L’APPROBATION DE LONDRES POUR UN PROJET AMBITIEUX
Simon Morrish, le PDG de Xlinks, a exprimé sa satisfaction à l’égard de cette décision du gouvernement britannique, soulignant le rôle essentiel que le projet jouera dans la réalisation des objectifs climatiques du pays et dans la sécurisation de son approvisionnement énergétique.

UN CHANGEMENT DE PROCÉDURE POUR XLINKS
En conséquence, Xlinks devra désormais solliciter l’autorisation de planification du projet auprès du secrétaire d’État en charge de la Sécurité énergétique, plutôt que de déposer une demande auprès des autorités locales. Avant de déposer cette demande, des consultations supplémentaires avec les parties prenantes sont prévues pour le début de l’année prochaine.

L’AMBITION DU PROJET XLINKS
Pour rappel, l’objectif ambitieux du projet Xlinks est de produire 3,6 gigawatts d’électricité à partir de sources d’énergie renouvelable, ce qui équivaut à 8% de la demande énergétique totale du Royaume-Uni. Cette électricité sera générée dans la région de Guelmim-Oued Noun, à travers des parcs solaires et éoliens d’une capacité totale de 10,5 GW. Pour acheminer cette énergie vers le Royaume-Uni, quatre câbles sous-marins à courant continu haute tension, d’une longueur de 3 800 km, seront fabriqués au Royaume-Uni et utilisés pour connecter les installations marocaines au réseau électrique britannique dans le Devon, dans le sud-ouest de l’Angleterre.

UN PAS DE PLUS VERS LA RÉALISATION DU PROJET
Le projet Xlinks a déjà franchi une étape significative le 14 juillet dernier, avec l’obtention de l’autorisation d’ouvrir une usine de fabrication de ces câbles sous-marins à Hunterston, en Écosse. Cette usine prévoit de débuter ses activités début 2024, avec une production de câbles prévue pour 2026, contribuant ainsi à la concrétisation de ce projet majeur.