mercredi, juillet 17, 2024
Faits divers

Brahim Ghali: la décision du juge ne va pas plaire au Maroc

Brahim Ghali : la décision du juge ne va pas plaire au Maroc




L’Association sahraouie pour la défense des droits de l’Homme (Asadedh) et l’activiste sahraoui Fadel Breika qui ont porté plainte contre le leader du Polisario et appelé à son arrestation immédiate avant sa comparution le 1ᵉʳ juin n’ont pas eu gain de cause. La position de Santiago Pedraz Gomez, juge d’instruction près de l’Audience nationale espagnole chargé du dossier reste inchangée. Pas de mesures conservatoires contre Brahim Ghali.

Le juge Santiago Pedraz et Brahim Ghali





Santiago Pedraz a affirmé à l’Asadedh que « l’ordonnance émise contre Brahim Ghali est maintenue », rapporte Europa Press citant des sources judiciaires.

Par contre, les mesures conservatoires sollicitées contre le chef du Front Polisario réclamées par les plaignants ont été rejetées. Brahim Ghali qui devrait comparaître devant la justice espagnole le 1ᵉʳ juin a d’ailleurs refusé de signer la convocation.

La future audition fait suite à une plainte d’El Fadel Breika, un dissident du front naturalisé espagnol pour « enlèvement, détention arbitraire et torture » dans les prisons de Tindouf. Le juge d’instruction a récemment accepté de rouvrir l’affaire enclenchée en 2008. Une décision qui fait suite à une plainte de l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’Homme (ASADEH).




Une plainte pour des crimes présumés tels que génocide, meurtre, blessures, détention illégale, terrorisme, torture et disparitions.

L’admission d’urgence du patron du Polisario dans un hôpital de Logroño, non loin de Saragosse, sous le nom d’emprunt de Mohamed Ben Battouche, de nationalité algérienne a provoqué de nouvelles tensions entre l’Espagne et le Maroc. Des tensions qui sont montées d’un cran suite à l’arrivée massive des migrants à Sebta.

Le royaume a rappelé son ambassadrice Karima Benyaich pour consultation après que celle-ci a été convoquée par Arancha Gonzalez Laya, ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération espagnole. L’ONU appelle les deux pays à trouver ensemble une solution à la crise migratoire.