mercredi, avril 24, 2024
InternationalNationalSociété

Des centaines de Belgo-marocains encore bloqués au Maroc

Le ministre des Affaires étrangères, Philippe Goffin, a annoncé le rapatriement de 5 800 Belges coincés à l’étranger à cause de la fermeture du trafic aérien. Parmi eux, plus de 1 200 Belges rapatriés du Maroc. Quelques centaines demeurent en attente.




« Plus de 1 200 personnes ont pu rentrer du Maroc. C’est le même nombre à Tenerife. Nous avons également assuré le retour de plus de 200 Belges de pays comme l’Algérie, la Tunisie le Sénégal, le Congo ou le Pérou », fait savoir Philippe Goffin.
Pour le ministre des Affaires étrangères et de la défense, ces opérations de rapatriement n’ont été possibles que grâce à une collaboration entre plusieurs pays européens, à la mise en place d’un centre d’appels ouvert 24h/24. « Nous recevions plusieurs milliers de coups de fil par jour au début. Maintenant un peu moins, environ 1 000 appels par jour », confie à La Meuse le ministre.




L’autre défi que son département a relevé, concerne le nombre et la localisation des Belges à l’étranger. « Via Travellersonline, nous essayons d’avoir une vue globale de la situation. Nous avons donc énormément communiqué pour qu’ils se fassent connaître. Généralement, ceux qui vont loin s’inscrivent. Mais ceux qui vont dans des lieux plus proches ou plus familiers ne le font pas; ce qui ne nous permet pas de savoir exactement ce que nous devons faire », explique Philippe Goffin.
Il cite en exemple le Maroc où les autorités ont fermé l’espace aérien. « Seules 400 personnes étaient enregistrées. Mais au final, on a rapatrié plus de 1 000 personnes et il y en a encore quelques centaines en attente », affirme-t-il.




À lire aussi:

Le Maroc refuse à la Belgique le «rapatriement» des binationaux





Belgique: difficile de transférer des personnes décédées du covid-19 vers le Maroc





Belgique: lourde sentence pour la mafia qui a kidnappé 2 Marocains





Des Belgo-marocains bloqués au Maroc attendent désespérément de rentrer chez eux





Le Maroc empêche les binationaux de retourner vers leur pays de résidence