Le compte anonyme « Hamza mon bb » réapparait sur Snapchat

Le juge d’instruction près le tribunal de première instance de Marrakech a décidé, lundi 10 février, de reporter la décision concernant la poursuite de Dounia Batma et de sa sœur Ibtissam dans le cadre de l’affaire «Hamzamonbb». L’apparition d’une nouvelle victime serait à l’origine de cette décision.




À l’issue de la première audience dans le cadre de l’information judiciaire ouverte par le juge d’instruction, celui-ci a décidé de reporter la décision concernant la poursuite ou non de Dounia Batma et sa sœur Ibtissam.

La décision du juge d’instruction a été prise à l’aune des récentes évolutions que connaît ce dossier notamment l’apparition de nouvelles «victimes» (parties civiles), parmi lesquelles la blogueuse Samira Daoudi.

Celle-ci a été confrontée à Dounia Batma et sa sœur Ibtissam au cours d’une audience de près de 7 heures. Les sœurs Batma auraient été confrontées une nouvelle fois à l’influenceuse Soukaina Glamour après leur confrontation pendant les enquêtes menées par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ).

Cette dernière poursuivie en état de détention préventive a ouvertement accusé, dans sa déposition devant la BNPJ, les Batma d’être en lien avec l’administration des comptes Hamzamonbb.




Il est attendu que le parquet auditionne de nouvelles victimes avant de les déférer devant le juge d’instruction afin de permettre à ce dernier de se prononcer sur la poursuite ou pas des sœurs Batma.

Par ailleurs, quelques heures avant la tenue de l’audience des autres accusés dans le cadre de la même affaire, le compte Hamzamonbb a fait sa réapparition sur Snapchat.

Sa réapparition pendant que les présumés administrateurs sont poursuivis en détention a chamboulé le procès laissant croire que d’autres «administrateurs» de ses comptes sont toujours en liberté.

Le compte a de nouveau menacé de dévoiler des «scandales sexuels choquants» concernant plusieurs artistes, managers, des gérants de boîtes de nuit et des activistes des droits de l’Homme.




L’administrateur supposé a affirmé dans ses publications qu’il est «de retour parce que le véritable gang ne veut pas laisser la justice faire son travail», rapporte Assabah dans son édition du mardi 11 février.

Le compte controversé a nié «avoir une relation avec les personnes actuellement en détention dans le cadre de ce procès en cours».

«Certains d’entre eux sont là juste pour profiter du buzz, d’autre voulaient escroquer, chanter et exploiter des gens profitant de l’anonymat du compte», a-t-il ajouté.

L’ «admin» semble relever le défi de poursuivre son aventure. «Les tentatives de me museler menées par ces mercenaires ne réussiront jamais», a-t-il écrit.




À lire aussi: