Mafia marocaine aux Pays-Bas: que reproche-t-on à Said Razzouki ?

À 47 ans, Said Razzouki, l’un des criminels les plus recherchés des Pays-Bas, a été arrêté en Colombie. Cet homme, né au Maroc, et émigré dès sa plus tendre jeunesse aux Pays-Bas, a multiplié les crimes et délits, avant de devenir un fugitif dont la tête a été mise à prix par la police néerlandaise.




Le palmarès criminel de Saïd Razzouki s’est accumulé depuis son adolescence, où il s’est fait connaître des services de police pour cambriolage, vente de haschich. Il s’habitue, très tôt, à vivre dangereusement et tombe dans le trafic de cocaïne, les meurtres, les attentats et le kidnapping.

Sous le coup d’un mandat d’arrêt international pour son implication dans une affaire de drogue, dont le procès s’est ouvert en juillet 2019 aux Pays-Bas, il est fiché dans tous les services de police qui le recherchent activement.

Il est cité dans la presse internationale, lorsque l’avocat d’un témoin-clé dans ce grand procès, est abattu en plein jour dans les rues d’Amsterdam, rapporte RFI.




Préoccupée par l’arrestation de l’homme, afin de se défaire de la qualification de « narco État » qui servait à qualifier les Pays-Bas, la police promet une récompense de 100 000 euros en échange de toute information pouvant permettre de mettre la main sur Saïd Razzouki. Mais ce dernier semble avoir disparu de tous les radars.

Mais, par un coup de chance, le fugitif de 47 ans, grâce à l’intervention conjointe de l’agence américaine anti-drogue et le FBI, est arrêté à Medellin en Colombie, le vendredi 7 février.

Les Pays-Bas ont demandé son extradition. Seulement, ils doivent prendre leur mal en patience, étant donné que la procédure prendra « un certain temps », selon les autorités colombiennes.




À lire aussi: