Le Maroc marche ce dimanche contre le «deal du siècle» proposé par Donald Trump

Le «  deal du siècle  » proposé par Donald Trump comme stratégie de résolution de la crise palestinienne, continue de susciter des réactions. En plus d’avoir appelé à une marche nationale ce dimanche à Rabat contre ce deal, le collectif marocain rejette les récentes déclarations du ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, dans lesquelles il avait affirmé que les Marocains « ne doivent pas être plus palestiniens que les Palestiniens eux-mêmes ».




Le collectif, composé de plusieurs instances de défense des droits du peuple palestinien, a dénoncé « toutes les positions qui ne s’inscrivent pas en droite ligne de l’unanimité, de tout temps manifestée par le peuple marocain, à l’égard de la question palestinienne », faisant part de son refus de « tous les complots contre la Palestine ».

Khalid Sefiani, coordinateur du Groupement de l’action nationale en faveur de la Palestine, a déclaré que le ministre doit réviser ses propos, car les Marocains demeurent attachés à leurs principes et leurs constantes. Il a évoqué les messages du Roi Mohammed VI et les positions officielles exprimées par le chef du gouvernement. « Si M. Bourita ne veut pas être Palestinien, nous le sommes, tout le peuple marocain est palestinien », a martelé Sefiani.




En ce qui concerne les rumeurs faisant état de tentatives visant à pousser le Maroc à normaliser avec Israël, en contrepartie d’une reconnaissance, par les États-Unis, de la souveraineté marocaine sur le Sahara, Khalid Sefiani a souligné que « le peuple marocain n’attend rien de Trump ou de Netanyahu pour défendre son intégrité et son unité territoriales, car il peut le faire lui-même ».

La marche nationale contre « le deal du siècle » va démarrer de la place Bab El Had, prendra ensuite par les principales artères de la capitale, pour réclamer le droit du peuple palestinien à disposer de ses terres et établir son État indépendant avec Al Qods Acharif pour capitale.




À lire aussi: