La question du Sahara marocain “profondément enracinée dans les cœurs des Marocains”

La question du Sahara marocain est “profondément enracinée dans les âmes et les cœurs des Marocains“, a indiqué l’ambassadeur du Royaume en Colombie, Mme Farida Loudaya, dans un entretien publié, jeudi, par le journal colombien Primicia Diario.




Abordant les derniers développements de la question de l’intégrité territoriale, Mme Loudaya a ajouté que cette question est la “priorité des priorités de notre diplomatie qui, grâce à la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a remporté des succès très importants ces dernières années“.

Le processus politique autour de la question du Sahara est le fruit de la présentation par le Maroc, en 2007, de l’initiative d’autonomie, qui se distingue par “son sérieux, sa crédibilité et son réalisme“, a noté la diplomate marocaine, rappelant que cette initiative constitue “l’unique voie” pour parvenir à une solution au différend régional autour du Sahara, dans le cadre du respect total de l’unité nationale et territoriale du Royaume.

Mme Loudaya a dans ce sens mis l’accent sur l’urgence de trouver une solution à ce différend régional qui entrave la “coopération et l’intégration entre les pays du Maghreb et risque d’exacerber la situation sécuritaire assez complexe dans la région“.




Passant en revue les efforts déployés par le Royaume pour sortir du statu quo et trouver une solution définitive à ce différend régional, elle a souligné la nécessité de “l’implication et de la volonté politique des autres parties concernées” pour atteindre cet objectif, “ce qui n’est malheureusement pas le cas actuellement“, a-t-elle déploré.

Abordant par ailleurs la dynamique de développement économique tous azimuts, que connaît le Maroc, l’ambassadeur a indiqué que grâce à ses politiques macroéconomiques, à la libéralisation des échanges commerciaux, aux mesures incitatives des investissements et aux réformes structurelles, le Royaume a connu une croissance exponentielle, rappelant que l’essor de l’économie marocaine a impacté positivement le développement du continent africain à travers les investissements effectués dans plusieurs secteurs générateurs de richesses.

Elle s’est également arrêtée sur les différents chantiers de développement et les stratégies lancés par le Maroc notamment dans les domaines des énergies renouvelables, des infrastructures portuaires et du transport ferroviaire, rappelant à cet égard la mise en service du complexe solaire Noor de Ouarzazate, l’un des plus grands au monde, ainsi que le lancement des activités du Port Tanger Med II et la mise en service de la ligne à grande vitesse (LGV) Tanger-Casablanca.




S’exprimant sur les perspectives de coopération entre le Maroc et la Colombie, l’ambassadeur a rappelé l’estime et la considération que voue SM le Roi au président colombien, Iván Duque Márquez, ajoutant que les 2 pays sont liés par une forte amitié, basée sur une confiance mutuelle et une convergence de vues sur nombre de questions d’intérêt commun grâce au dialogue politique constant.

Les deux pays sont appelés à mettre à profit leur position géostratégique privilégiée afin de promouvoir leur coopération notamment dans les domaines économique, commercial et des investissements à travers l’établissement de partenariats et l’échange de visites entre les hommes d’affaires des 2 bords, a-t-elle dit.

Elle a dans ce sens estimé que la 2ème session de la Commission mixte de coopération, prévue la semaine prochaine à Rabat, offre une occasion propice pour donner une nouvelle impulsion à la coopération bilatérale.




À lire aussi: