Des marocains bloqués en Chine lancent un appel aux autorités marocaines pour être rapatriés

Des étudiants marocains, qui résident à Chengdu, au centre-ouest de la Chine, ont lancé aujourd’hui un appel aux autorités marocaines pour être rapatriés au Maroc.




Depuis son émergence fin décembre dans la métropole chinoise de Wuhan, le nouveau coronavirus prend de l’ampleur. Ce virus a commencé à se propager près de Chengdu, au centre-ouest de la Chine. Suite à cela, de nombreux Marocains qui résident là-bas se sont retrouvés bloqués à l’intérieur de la ville.

Une étudiante marocaine qui réside à Chengdu a partagé sur les réseaux sociaux un enregistrement où elle fait savoir que les Marocains qui résident dans cette ville ont peur de contracter le coronavirus.

En effet, malgré les efforts fournis par les autorités chinoises pour renforcer toutes les mesures possibles de contrôle et de désinfection pour la lutte contre le nouveau coronavirus, des cas de coronavirus ont été détectés sur le sol chengduan.

L’étudiante indique dans son enregistrement que les Marocains résidant à Chengdu ont également du mal à trouver de la nourriture et des masques de protection contre le virus, dont les prix ont augmenté de façon exponentielle.




Elle ajoute que tous les vols en provenance du sol chengduan ont été annulés. Rappelons que le Roi Mohammed VI a présidé, le 27 janvier, au Cabinet royal, une séance de travail consacrée à la situation des citoyens marocains se trouvant dans la province chinoise de Wuhan, mise en quarantaine par les autorités chinoises à cause du coronavirus.

Le Monarque a ainsi ordonné de rapatrier les ressortissants marocains, essentiellement des étudiants, se trouvant actuellement dans cette province.

Le Souverain a également ordonné que toutes les mesures sanitaires soient prises au niveau des moyens de transport aérien, des aéroports et la mise en place d’infrastructures d’accueil spécifiques.

Le Chef de gouvernement, les différents responsables, chacun dans son domaine de compétence, ont été chargés d’assurer le suivi.




À lire aussi: