Plan de paix américain: le Maroc réaffirme son soutien permanent à la cause palestinienne

Alors que le nouveau plan de paix américain entre Israéliens a été rejeté par les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe, le Maroc a exprimé sa position, appelant à la nécessité de pousser les parties concernées à trouver elles-mêmes un accord bilatéral.




Rabat vient de réitérer son soutien permanent à la cause palestinienne à l’occasion de la réunion des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe au Caire, ce week-end.

Une réunion qui intervient en réponse au plan de paix proposé par le président américain, Donald Trump, comme solution définitive au conflit israélo-palestinien.

Selon Al Ahdath Al Maghribia du lundi 3 février, Mohcine Jazouli, ministre délégué au MAEC chargé de la Coopération africaine, a déclaré lors de cette réunion du Caire que «le Maroc réaffirme son soutien permanent à la cause palestinienne en vue de trouver une solution juste et définitive à ce dossier, solution qui reconnaît aux frères palestiniens tous leurs droits légitimes».

En d’autres termes, Jazouli affirme clairement que le Maroc appelle à une véritable dynamique de paix durable au proche-Orient dont l’issue logique serait la création d’Un Etat palestinien indépendant et souverain, avec Al Qods comme capitale, aux côtés de l’Etat d’Israël.




Jazouli rappelle également que le Maroc a pris connaissance avec intérêt du plan de paix présenté par le président américain, et qu’il continue toujours d’en examiner la vision et les points saillants de convergence, surtout la solution des deux Etats, palestinien et israélien, que le Maroc a toujours défendue.

Une solution basée sur le dialogue, l’ouverture et la confiance entre les deux parties pour garantir la durabilité d’une solution définitive, mais juste, qui passe par un accord sur Al Qods dont le Maroc tient absolument au statut de ville sainte des trois religions.

Pour sa part, la Ligue arabe a rejeté le plan américain dit «deal du siècle», en estimant qu’il n’est ni porteur de paix dans la région, ni conforme au droit international, tout en mettant Israël en garde contre toute tentative de l’imposer militairement.




À lire aussi: