Industrie du sexe: les marocaines ont la cote à Abidjan

Les Marocaines tiennent le haut du pavé de la séduction en Côte d’Ivoire, notamment dans la capitale Abidjan. Elles détrônent les Ivoiriennes pour s’emparer légalement des cœurs de leurs compatriotes, mais elles les dominent aussi dans l’industrie du sexe.




Les Marocaines ont la cote en Côte d’Ivoire. En effet, de nombreux mariages unissent Ivoiriens et Marocaines qui partagent ensemble les richesses de la vie conjugale.

Cette capacité de séduction est aussi remarquable dans le registre de la prostitution. Bref, les Marocaines tiennent le haut du pavé, fait remarquer le quotidien Assabah, qui se penche sur ce sujet dans son édition du week-end des 14 et 15 décembre.

Dans la métropole d’Abidjan, affirment les sources du quotidien, les Marocaines ont leurs propres espaces que les Ivoiriennes ne pourraient pas fréquenter.

Et au cas où elles débarquent, elles se trouvent détrônées et déclassées par les Marocaines. Ces dernières, précisent les sources du quotidien, sont généralement issues de la région de Casablanca et font la différence sur les lieux. Mais à quel prix?




Les sources du quotidien précisent que ces Marocaines sont exploitées par des réseaux de proxénétisme. Dès qu’elles arrivent sur les lieux, leurs passeports sont retirés par les proxénètes qui les manipulent sur le terrain comme bon leur semble.

Elles sont supervisées, suivies et contrôlées dans tous leurs déplacements. De même, leurs «indemnités» sont fixées par ces proxénètes qui ne parlent que le langage de la violence.

Dans ce contexte, poursuit le quotidien, les Marocaines ont leurs clients. Ainsi, les Libanais, qui possèdent des night-clubs, les Arabes et les ressortissants des pays du Maghreb se trouvent en tête du peloton.

Une proxénète marocaine, que des médias français avaient évoquée, a bâti un empire du sexe dans la capitale ivoirienne. Tout passe par ses circuits visibles ou invisibles.

Cette présence sur ce segment provoque également la jalousie des Ivoiriennes qui n’arrivent pas à digérer cette concurrence.




À lire aussi: