La région du nord du Maroc fait face à un problème de suicides sans précédent

Le suicide est-il en train de devenir un problème de santé publique majeur dans le nord du royaume? La situation devient de plus en plus alarmante après la série de suicides qui touchent la ville de Chefchaouen depuis le début de l’année.




La ville de Chefchaouen et la région du nord en général, font face à un problème de suicides sans précédent. C’est en tout cas ce que rapporte Assabah dans son édition du jeudi 5 décembre.

Le journal explique que 30 cas de suicide ont déjà été enregistrés dans la ville de Chefchaouen cette année. Assabah rappelle que, récemment, une sage femme, qui travaillait dans le centre hospitalier de Bab Taza, a mis fin à ses jour en avalant du poison pour les rats.

Et d’ajouter que la défunte avait publié une lettre d’adieux sur son mur Facebook et une photo d’elle avec un nouveau-né. Une semaine auparavant, la région du nord a enregistré 7 nouveaux cas de suicide. Deux personnes ont commis l’irréparable à Tanger.

Le premier était un ingénieur qui travaillait dans une entreprise spécialisée dans l’immobilier.




Le journal rappelle que ce dernier s’est jeté du toit de son appartement tôt le matin. Le deuxième cas enregistré concerne une enseignante, qui souffrait de plusieurs problèmes dans son travail.

Assabah a par ailleurs tiré la sonnette d’alarme, tout en indiquant que les raisons de la hausse du taux du suicide au Maroc restent floues.

Il fait savoir que le royaume est deuxième dans la liste des pays ayant les taux de suicide les plus élevé derrière le Soudan, avec un pourcentage de 5,3% pour 100.000 citoyens.

Le quotidien arabophone rappelle également le taux de suicide au Maroc avait notamment augmenté de 97% entre 2000 et 2012, l’année qui a connu 1628 cas de suicide dans le royaume.

Notons que l’Organisation mondiale pour la santé dénombre 1.013 suicides en 2016 au Maroc, soit 400 hommes et 613 femmes.




À lire aussi: