La tour Mohammed VI pourrait avoir un impact visuel négatif d’après l’UNESCO

C’est un coup de massue pour le gouvernement marocain, qui devra revoir et réétudier son projet d’urbanisation pour la ville de Rabat.




En effet, l’UNESCO vient de mettre en garde le royaume quant à ses futurs projets qui devrait faire de la ville de Rabat la capitale culturelle du Maroc, rapporte l’agence espagnole EFE.

Dans une lettre datée du mois de juillet et dévoilée par EFE, le comité du patrimoine mondial, dépendant de l’UNESCO, dit «regretter vivement que tous les détails de ce grand projet (d’urbanisme à Rabat) et les projets individuels n’aient pas été examinés auparavant», par l’instance en question.

Et pour cause, le comité souligne qu’étant donné que la ville de Rabat est classée au Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, tous les grands projets doivent être examinés par cette instance.

Plus en détails, le comité pointe du doigt deux projets en particulier ; la future tour Mohammed VI ainsi que l’extension de la gare Rabat-Ville.





Selon ce dernier, la tour qui sera installée sur la vallée du Bouregreg pourrait avoir un «impact visuel négatif sur la valeur exceptionnelle et universelle que représente cette vallée».

Toutefois, la construction de cette tour est déjà en marche. Les fondations sont entièrement finies, et il ne resterait plus que son élévation, annonçait il y a quelques temps son concepteur, l’architecte espagnol Rafael de la Hoz.

Pour leur part, les autorités marocaines s’en défendent en précisent que la tour ne se situe pas sur la «zone protégée» de la ville.

Toutefois, l’UNESCO a donné une échéance jusqu’en février prochain pour mener une «étude d’impact» qu’auront ses projets, tout en mettant particulièrement l’accent sur l’impact visuel qu’ils auront sur le paysage environnent.




À lire aussi: