Settat: arrestation du youtubeur « Moul Kaskita » qui a insulté les marocains sur Youtube

Un individu a été arrêté à Settat pour avoir diffusé, sur YouTube, une vidéo où il avait insulté les Marocains et leurs institutions.




Le youtubeur dénommé « Moul Kaskita » a été arrêté suite à la publication d’une vidéo, supprimée depuis, comprenant des injures à l’encontre des citoyens marocains et des propos touchant à leur dignité et à leurs institutions constitutionnelles, indique, dimanche, un communiqué du Procureur du Roi près le tribunal de première instance de Settat.

« Suite à la publication d’une vidéo sur YouTube en date du 29 novembre 2019 sur une chaîne portant le nom +Moul Kaskita+ comprenant des propos injurieux à l’encontre des citoyens marocains et touchant à leur dignité et à leurs institutions constitutionnelles, l’individu concerné a été arrêté et placé en garde à vue pour les besoins de l’enquête », précise le communiqué.

La même source ajoute qu’une petite quantité de drogue a été trouvée en sa possession au moment de l’interpellation. Le mis en cause sera déféré devant le parquet dès la fin de l’enquête en vue de prendre la décision juridique appropriée à son encontre, conclut le communiqué.




Cet escroc, connu pour ses opérations d’arnaque et de chantage via les réseaux sociaux, devrait répondre aux chefs d’accusation retenus contre lui, et qui ouvriront devant lui, une autre fois, les portes de la prison.

Il est à rappeler que, Mohammed Sakaki plus connu sur Facebook sous le pseudo « Moul lkaskita », pour ses arnaques et ses escroqueries, a été interpellé et incarcéré plusieurs fois.

En 2018 il a été interpellé, et ce pour ivresse et violence sur la voie publique, conduite en état d’ébriété et adultère au regard d’une jeune fille ivre. Il a été appréhendé suite à des plaintes déposées par l’Université Hassan 1er de Settat.

À titre de rappel, le youtubeur controversé a déjà purgé deux peines d’emprisonnement, dont une pour fraude et extorsion de fonds. Il a déjà séjourné 18 mois en prison.




À lire aussi: