Hommages à SM le Roi Mohammed VI pour Son rôle à la tête du Comité Al Qods

La Palestine salue hautement le rôle du Maroc et de SM le Roi dans le soutien à la cause palestinienne




L’ambassadeur de l’Etat de Palestine en Russie, Faid Mustapha, a salué hautement le rôle du Maroc dans le soutien à la cause palestinienne.

« Nous saluons le rôle du Royaume du Maroc frère et de SM le Roi Mohammed VI dans le soutien à la cause palestinienne en général et à la question d’Al Qods en particulier », a dit le diplomate dans une déclaration à l’occasion de la tenue de la réunion du Comité Al Qods.

Dans ce sens, il a souligné que « ce n’est pas étrange que le Maroc frère et SM le Roi Mohammed VI nous apportent cet appui, d’autant plus que nous comptons sur la place prestigieuse du Royaume aux niveaux arabe, islamique et mondiale ».

« Le peuple palestinien place sa confiance en la politique de Sa Majesté le Roi », a-t-il dit, ajoutant que les Palestiniens n’ont aucun doute que le Souverain va user de son leadership et ses relations sur le plan international au service de la question d’Al Qods en vue de faire face aux plans israéliens visant la judaïsation de la ville sainte et le changement de son histoire et ses monuments.

Pour M. Mustapha, les relations entre les deux peuples et dirigeants marocains et palestiniens sont « historiques et étroites ».

« Les Palestiniens apprécient hautement les positions du Maroc et son action sans cesse renouvelée en faveur de la question palestinienne », s’est-il réjoui, assurant que la question d’Al Qods revêt un « caractère prioritaire » pour les directions palestinienne et marocaine.

Selon le diplomate palestinien, l’intérêt qu’accorde le Maroc à la ville sainte ne date pas d’aujourd’hui, mais remonte à des décennies comme en témoigne l’existence du quartier maqdessi baptisé « Bab Al Maghariba » qui confirme la profondeur des relations séculaires liant les deux peuples frères.




Concernant cette question, le Royaume joue un rôle d’avant-garde en tant que président du Comité Al Qods, fondé suite à une résolution du conseil de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) afin de coordonner les efforts des pays arabes et islamiques et démasquer les actes israéliens hostiles à la ville sainte et aux maqdessis.

Dans ce cadre, il a indiqué que l’appui qu’apporte SM le Roi au Comité est « nécessaire et crucial », ajoutant que les Palestiniens fondent de grands espoirs sur la prochaine réunion de cette instance.

Aux yeux de l’ambassadeur, la réunion du Maroc sera « une importante occasion pour entretenir un dialogue approfondi entre les pays arabes et islamiques membres du Comité Al Qods et mettre la lumière sur les pratiques d’Israël qui accélère le rythme d’isolement d’Al Qods de son environnement géographique et démographique naturel ».

Dans ce sillage, il a souligné que la conclusion de tout accord avec l’Israël est étroitement liée à la reconnaissance d’Al Qods-Est en tant que capitale de l’Etat palestinien, notant que la prochaine réunion du Comité Al Qods intervient dans un moment délicat.

Cette rencontre va, certes, envoyer un message clair condamnant les mesures israéliennes dans la ville sainte, a fait savoir M. Faid Mustapha.

A cet égard, il a relevé que les Palestiniens misent sur les résultats de cette réunion en vue de mettre en place des plans et programmes concrets soutenant la résistance des Maqdessis.

La mise en place du Comité Al Qods traduit l’importance du caractère religieux, historique et symbolique de cette ville sainte pour chaque Arabe et Musulman, a-t-il rappelé, notant que les circonstances ayant entravé la tenue de la réunion de cet organe reflètent la situation que traverse la nation arabo-islamique.

Dans le même ordre d’idées, il a émis l’espoir que les réunions du Comité soient tenues régulièrement en vue de faire face aux mesures israéliennes visant à judaïser la ville sainte et élaborer une feuille de route portant sur une action tous azimuts de soutien à Al Qods et aux Maqdessis et une mobilisation diplomatique en faveur de cette question au niveau mondial.

Propos recueillis par Reda Sakat



Le Représentant permanent de Palestine à l’ONU salue le leadership de Sa Majesté le Roi à la tête du Comité Al-Qods

Le Représentant permanent de Palestine à l’ONU, l’ambassadeur Ryadh Mansour, a salué, mardi à New York, le leadership de Sa Majesté le Roi à la tête du Comité Al Qods qui tiendra sa 20ème session au Maroc en ce « moment crucial » que vit la Ville Sainte.

Cette réunion « vient à point nommé et dans une conjoncture délicate de l’histoire d’Al-Qods », a déclaré l’ambassadeur Mansour, exprimant sa « gratitude » à l’endroit de Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour son leadership à la tête du Comité Al-Qods.

« Les prochains jours verront la tenue sous la présidence effective de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et avec la participation du Président palestinien, Mahmoud Abbas, de la 20ème session du comité Al Qods qui intervient à un moment crucial marqué par la volonté de la puissance occupante de judaïser la Ville Sainte », a souligné le diplomate palestinien.

Il a dénoncé, dans ce contexte, « les plans israéliens visant à altérer le cachet arabo-islamique d’Al-Qods », tout en saluant la tenue de cette session qui « vient à point nommé » pour examiner les « stratégies et efforts en vue d’aider » les Palestiniens dans leur résistance face aux violations répétées de la puissance occupante et à ses dangereux desseins visant à porter atteinte au caractère spécifique d’Al Haram Acharif et de la mosquée Al Aqsa.

Il a, dans ce contexte, formé le voeu de voir cette session couronnée de succès et aboutir à des initiatives pratiques visant à la protection du caractère sacré de la ville sainte à même de mettre un terme à cette politique délibérée de judaïsation.

L’ordre du jour de cette réunion prévue à Marrakech, portera sur les questions afférentes aux constantes et référentiels de la légitimité internationale en rapport avec cette question, à la responsabilité de la communauté internationale collective en matière de protection d’Al Qods Acharif en tant que legs civilisationnel universel.




Les travaux de cette session porteront aussi sur la nécessité d’appuyer les initiatives de Bayt Mal Al Qods, instance exécutive du Comité Al Qods à travers des projets dans les secteurs de l’habitat, de la santé, de l’éducation et du social, visant le maintien et la consécration de la présence des Maqdessis à Al Qods.

Le comité d’Al-Qods, créé en 1975 à l’initiative de l’OCI, œuvre en étroite coordination avec les différentes instances internationales concernées et s’emploie, en permanence, à prendre contact avec les acteurs internationaux susceptibles d’aider à la sauvegarde de la Ville Sainte.

C’est en consécration de cette noble mission que le Maroc a mis en place l’agence Bayt Mal Al-Qods Acharif, chargée de soutenir la résistance des Maqdessis par le biais de projets pionniers dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’habitat ainsi que la mobilisation des ressources financières nécessaires à cet effet.

-Propos recueillis par Bouchra Benyoussef-

Conseiller du Président palestinien : le peuple palestinien salue hautement la tenue de la réunion du comité Al Qods à l’invitation de SM le Roi

L’autorité et le peuple palestiniens saluent hautement la tenue de la réunion du comité d’Al Qods, à l’invitation de SM le Roi Mohammed VI, en ce moment crucial dans l’histoire de la ville sainte et de la question palestinienne, a affirmé le Conseiller du président palestinien chargé des affaires diplomatiques, Majdi El Khaldi.

A l’occasion de la tenue prochaine de la 20ème session du comité d’Al Qods, M. El Khaldi a souligné que le président et le peuple palestiniens se félicitent de cette initiative en ce moment important.

M. Khaldi a qualifié de « très sage » la décision d’appeler en ce moment précis à cette réunion du Comité, affirmant que SM le Roi Mohammed VI qui jouit d’une position distinguée aux plans arabe et international a été et demeurera en tête des leaders qui soutiennent le peuple palestinien et sa cause juste, à l’instar de Son père feu SM Hassan II.




Et de poursuivre que l’intérêt particulier qu’accorde SM le Roi Mohammed VI à la question d’Al Qods se manifeste dans Ses discours et lors de Ses déplacements à l’étranger, ainsi qu’à travers Ses instructions données à l’Agence Bayt Mal Al Qods pour la réalisation de projets à Al Qods financés par le Maroc.

Evoquant les circonstances de la tenue de cette réunion du comité d’Al Qods, M. El Khaldi a souligné que la ville sainte traverse en ces moments une situation difficile qui requiert la mobilisation pour la défendre et préserver ses monuments sacrés, déplorant à cet égard les agressions répétées commises par les colons et les groupes radicaux israéliens à l’encontre d’Al Qods Acharif.

Le responsable palestinien s’est arrêté sur la politique systématique de judaïsation d’Al Qods menée par Israël visant à modifier le caché et l’identité islamique et chrétienne de la ville sainte, mettant l’accent sur les violations commisses par les autorités d’occupation envers les maqdissis.

Il a ajouté que la question palestinienne se trouve à un tournant historique au regard du blocage des négociations avec la partie israélienne, soulignant dans ce sens l’importance de la tenue de la réunion du comité d’Al Qods en ce moment précis pour mettre au point la position arabo-islamique à l’égard de la question d’Al Qods .

M. El Khaldi a indiqué que l’arrêt des agressions contre la mosquée Al Aqsa, la lutte contre la judaïsation d’Al Qods et la défense de sa partie Est comme capitale du futur Etat palestinien, sont autant de questions qui seront à l’ordre du jour de la prochaine réunion du comité d’Al Qods.

Après avoir émis l’espoir de voir cette réunion sanctionnée par l’adoption de positions fortes pour la défense d’Al Qods et de sa population, M. El Khaldi a souligné que la mise en oeuvre de ces positions fermes requiert des mécanismes de suivi.

M. El Khaldi a souhaité également que les pays arabes et islamiques coordonnent leurs actions au sujet d’Al Qods et des causes sacrées, ainsi que l’intensification des efforts des organisations concernées comme l’Organisation de la coopération islamique et la Banque islamique pour le développement afin de soutenir politiquement et financièrement la cause palestinienne en général et Al Qods en particulier.

– Propos recueillis par El Arbi El Othmani –



L’OCI rend hommage au leadership de SM le Roi à la tête du Comité Al Qods

L’Organisation de la coopération islamique (OCI) a rendu hommage au leadership de SM le Roi Mohammed VI pour Son rôle à la tête du Comité Al Qods, se félicitant de la tenue au Maroc de la vingtième session de cette instance.

L’OCI rend hommage à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al Qods, pour Son rôle et Son leadership, tout en saluant Son soutien aux causes palestinienne et d’Al Qods acharif , a déclaré le porte-parole de l’Organisation de la coopération islamique, l’ambassadeur Tarig Ali Bakheet.

Et de relever que la question de la ville sainte constitue la cause première de toute la Ouma islamique .

L’OCI rend également hommage à SM le Roi pour Ses efforts visant la préservation et la protection des lieux saints de l’Islam à Al Qods , a-t-il poursuivi, se félicitant de la convocation de cette session du Comité pour évaluer la grave situation que connait la ville sainte et discuter des actions à entreprendre face à la politique israélienne de judaïsation .

L’Organisation estime, par ailleurs, que la convocation de cette session du comité Al Qods reflète la ferme volonté de la Ouma islamique et son engagement à défendre la ville sainte d’Al Qods, et à rejeter toutes les tentatives israéliennes de judaïsation .

Pour lui, la tenue de cette session du Comité confirme aussi que la ville d’Al Qods demeure toujours à la tête des priorités des Musulmans, que la question de la ville sainte reste au cœur de la question palestinienne et que la paix ne pourra pas être atteinte sans le retour de cette cité sous la souveraineté palestinienne en tant capitale de l’Etat de Palestine.



DG de l’ISESCO : le Comité Al Qods joue un rôle important dans la protection des sacralités islamiques d’Al Qods Acharif

Le Comité Al Qods, présidé par SM le Roi Mohammed VI, déploie des efforts continus pour la protection des sacralités islamiques d’Al Qods Acharif, comme il joue un rôle extrêmement important dans la préservation du cachet urbanistique de la Palestine, a souligné le directeur général de l’Organisation islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO, basée à Rabat), Dr Abdulaziz Othman Altwaijri.

Le président du comité Al Qods, SM le Roi Mohammed VI a consenti des efforts soutenus pour la protection des sacralités islamiques d’Al Qods Acharif, et a mis en garde la communauté internationale contre le danger que représentent les politiques de colonisation et de judaïsation menées par les forces d’occupation israéliennes à Al Qods, afin qu’elle assume sa responsabilité vis-à-vis de la protection d’Al Qods en tant que ville palestinienne occupée par Israël, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, a ajouté Dr Altwaijri.

Pour lui, les réunions tenues par le Comité Al Qods au Maroc ont débouché sur plusieurs décisions dont la mise en œuvre doit être assurée par les Nations Unies, et en particulier par le Conseil de sécurité, par plusieurs autres organisations telles que l’UNESCO, la Croix Rouge et l’UNICEF, et par le Vatican qui est en charge des sacralités chrétiennes à Al Qods, en particulier, et dans l’ensemble des territoires palestiniens, en général.

« la mise en œuvre de ces décisions dépasse les prérogatives dévolues à l’action islamique conjointe, et ce en raison de leurs liens avec les forces internationales qui contrôlent les résolutions du Conseil de sécurité », a-t-il dit.

Le directeur général de l’ISESCO a, dans ce sens, mis en avant plusieurs initiatives pionnières de feu SM Hassan II, dont la mise en place, en 1998, de l’agence Bayt Mal Al Qods en tant qu’institution arabe et islamique à but non lucratif.




Et d’ajouter que cette agence, fondée dans le cadre du Comité Al Qods, est l’une des institutions de l’action islamique conjointe qui compte à son actif plusieurs activités, dont la mise en œuvre de projets de grande importance dans les secteurs de la santé, de l’enseignement et de l’habitat, ainsi qu’en matière de préservation du patrimoine religieux d’Al Qods et ce dans l’objectif de défendre le cachet urbanistique d’Al Qods Acharif.

Dr Altwaijri a souligné que SM le Roi Mohammed VI poursuit ses efforts afin de consolider l’action islamique conjointe, aussi bien à travers le Comité Al Qods, qu’au niveau du sommet islamique et des réunions du Conseil des ministres des Affaires étrangères des pays de l’Organisation de la coopération islamique (OCI).

Le Royaume du Maroc, a-t-il rappelé, jouit d’une place privilégiée en matière d’action islamique conjointe, du fait que c’est l’un des pays fondateurs de l’OCI et l’une des nations agissantes dans les divers champs d’action de cette organisation et des instances et organisations qui en relèvent, dont l’ISESCO.

Depuis la création du Comité Al Qods, conformément à une décision de la 6ème Conférence islamique des ministres des Affaires étrangères tenue à Jeddah en juillet 1975, « il y a eu une unanimité sur la présidence du Comité Al Qods qui a été confiée à feu SM Hassan II, et dont la succession à la tête du comité a ensuite été assurée par SM le Roi Mohammed VI que Dieu le préserve », a souligné le directeur général de l’ISESCO.

Evoquant les objectifs du Comité Al Qods tracés par la 6ème Conférence islamique des ministres des Affaires Etrangères, Dr Altwaijri a souligné qu’ils englobent « l’examen des développements à Al Qods Acharif, le suivi de la mise en œuvre des décisions de la Conférence islamique et de celles émanant des différentes instances internationales en rapport avec la ville sainte, la prise de contact avec les différentes organisations internationales susceptibles de contribuer à la protection d’Al Qods et la présentation de propositions aux Etats membres et à l’ensemble des organisations concernées afin d’assurer la mise en œuvre des différentes décisions ».

– Propos recueillis par Abdellatif Al-Jaafari –



M. Mezouar : SM le Roi veille toujours à ce que l’instauration de la paix ne se fasse pas au détriment d’Al Qods Acharif

SM le Roi Mohammed VI, président du Comité Al Qods, a veillé et veille toujours à ce que l’instauration de la paix ne se fasse pas au détriment d’Al Qods Acharif, a souligné le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar.

Dans un entretien au quotidien Asharq Al Awsat paru ce lundi, M. Mezouar a indiqué que la prochaine réunion du Comité Al Qods, prévue à Marrakech, survient dans une conjoncture politique décisive que traverse la région du Moyen-Orient et qui exige de faire preuve de la vigilance et de la prudence nécessaires pour éviter toute éventuelle concession sur l’identité islamique d’Al Qods qu’Israël veut effacer, pendant qu’on évoque une relance des négociations entre Israel et l’autorité palestinienne, sous l’égide des Etats unis.

Il a souligné que la réunion du Comité Al Qods constitue un message clair à la communauté internationale pour qu’elle assume ses responsabilités, oblige Israël à mettre fin à ces activités de colonisation illégale et à ces actions provocatrices et à l’amener à répondre favorablement à la nouvelle dynamique des négociations en cours.

Le ministre a fait savoir, dans ce sens, que l’ordre du jour de cette réunion porte sur les questions afférentes aux constantes et référentiels de la légitimité internationale en rapport avec cette question, à la responsabilité de la communauté internationale collective en matière de protection d’Al Qods Acharif en tant que legs civilisationnel universel, outre les initiatives politiques, les projets socio-économiques visant la protection du cachet spécifique de la ville sainte, le soutien des Maqdisis dans leur résistance, la condamnation de la politique israélienne de colonisation, les violations et les exactions des forces israéliennes dans les territoires palestiniens occupés, dont Al Qods Acharif, et la politique d’Israël visant sa judaïsation et la dénaturation de ses sites.




Les travaux de cette session porteront aussi sur la nécessité d’appuyer les initiatives de Bayt Mal Al Qods, instance exécutive du Comité Al Qods à travers des projets dans les secteurs de l’habitat, de la santé, de l’éducation et du social visant le maintien et la consécration de la présence des Maqdisis à Al Qods.

Le ministre a attiré l’attention sur la situation difficile inédite que vit actuellement la ville sainte, appelant à en limiter les effets et à faire face à la politique du fait accompli que l’occupation tente d’imposer à travers un plan de judaïsation d’Al Qods et à en modifier l’aspect avant tout règlement, réitérant la ferme condamnation du Maroc de ce plan qui est aux antipodes du statut juridique établi par les résolutions onusiennes et qui est de nature à bloquer voire saper le processus de négociations de paix en cours.

Il a rappelé, dans ce sens, que la dernière lettre adressée par SM le Roi Mohammed VI, président du Comité Al Qods, à Sa Sainteté le Pape Bénédicte XVI, sur le danger de la judaïsation d’Al Qods, exprime clairement la condamnation du Maroc et son ferme rejet de ce projet israélien destructeur, ajoutant que le Royaume n’a eu de cesse d’attirer l’attention quant à ses dangers et de lutter avec force contre ce projet à travers des initiatives sur le terrain pour la protection de la ville sainte, répondre favorablement aux aspirations de ses habitants et persévère aujourd’hui sur cette voie en coordination avec ses frères au sein du Comité Al Qods.

Le ministre a mis en exergue « le rôle central joué par le Maroc », rappelant à ce propos les décisions et les initiatives entreprises lors des sommets et rencontres arabo-islamiques, tenus au Maroc, ainsi qu’au cours des précédentes sessions du Comité Al Qods, depuis sa création.

Le ministre a relevé que la question palestinienne était toujours inscrite au cœur de la diplomatie marocaine et lors des rencontres de SM le Roi avec les dirigeants des grandes puissances, comme en témoigne la dernière rencontre au sommet, tenue à la mi-octobre dernier à Washington, entre SM le Roi Mohammed VI et le Président américain Barack Obama au cours de laquelle la question palestinienne et les moyens permettant la poursuite des négociations de paix ont été examinés à la lumière de l’action diplomatique de l’administration américaine à ce sujet.




S’agissant des réalisations du Comité Al Qods vingt quatre ans après sa création, particulièrement en ce qui concerne la protection, la libération et la lutte contre la judaïsation des Lieux saints, le ministre a affirmé que cette instance, sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI, a adopté au cours des douze dernières années une nouvelle approche basée sur deux piliers fondamentaux, à savoir l’action politique et l’action sur le terrain.

Concernant l’action sur le terrain, le ministre expliqué que le Comité a entrepris plusieurs initiatives relatives notamment à l’élaboration de programmes de plans en mesure de protéger et sauvegarder les lieux saints d’Al Qods charif, la réalisation de projets de reconstruction et de restauration de la ville outre les projets d’habitat, la construction d’établissements scolaires, de projets générateurs d’emplois et ceux qui touchent la vie quotidienne des Maqdisis.

Infaillible engagement du Maroc pour l’instauration d’un Etat palestinien indépendant et souverain

Le Maroc, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, s’acquittant depuis de longues années de son rôle en tant que fervent défenseur de la juste cause palestinienne, ne ménagera aucun effort en vue de soutenir avec la même détermination et conviction, le peuple palestinien dans ses revendications légitimes à recouvrer pleinement ses droits et à établir un Etat palestinien indépendant, libre et souverain, avec Al Qods comme capitale.

L’engagement du Royaume en faveur de la cause palestinienne et sa solidarité agissante avec le peuple palestinien qui endure, depuis longtemps, de rudes épreuves, dans la défense de ses droits et libertés contre les agressions incessantes de l’armée d’occupation israélienne, n’est guère à démontrer, sachant que le Maroc, attaché aux valeurs de paix, de démocratie, de tolérance et de compréhension mutuelle, ne cesse de condamner haut et fort et avec énergie, les violations et agressions commises, au quotidien, contre des Palestiniens, qui aspirent à une vie digne et à pouvoir retrouver enfin, la paix et la stabilité longtemps confisquées.




C’est dans ce cadre que les manifestations de solidarité avec le peuple palestinien et de condamnation des agressions et atrocités israéliennes se multiplient tant au Maroc qu’à l’étranger, d’autant que le Royaume, via le Comité d’Al Qods, dont la présidence est assurée par SM le Roi Mohammed VI a de tout temps appelé la communauté internationale à faire montre de davantage de solidarité et d’appui à l’endroit du peuple palestinien, à œuvrer à l’arrêt immédiat et inconditionnel de l’occupation israélienne des territoires palestiniens et à s’engager en faveur de l’instauration de la paix et de la stabilité dans la région.

Au sein des institutions onusiennes et dans les foras internationaux, le Maroc ne cesse de tirer la sonnette d’alarme et d’adresser des messages forts à la communauté internationale, l’invitant à agir pour trouver une issue au conflit palestino-israélien.

C’est en concrétisation de cet élan de solidarité et de conviction de la nécessité de soutenir le peuple palestinien dans son combat en faveur de la liberté, de la démocratie et de la paix et de préserver le cachet de la ville d’Al Qods que se tient courant janvier au Maroc, une réunion du Comité Al-Qods.

Le Maroc joue un rôle de taille dans la défense de la cause palestinienne, a souligné à cette occasion le ministre sénégalais des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, Mankeur Ndiaye, saluant la tenue à Marrakech de la réunion du Comité Al Qods, l’une des instances les plus importantes et les plus dynamiques de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI). Il s’agit d’une initiative louable que le Sénégal ne peut que saluer, a-t-il ajouté.

Le Royaume « a toujours soutenu la lutte légitime du peuple palestinien pour recouvrer ses droits légitimes, notamment le droit de créer un Etat libre, souverain et indépendant », a dit le ministre sénégalais, notant qu’il s’agit là, d’un témoignage fort de l’engagement de SM le Roi Mohammed VI et du Royaume du Maroc dans la défense de la cause palestinienne.

L’ambassadeur de la Palestine à Dakar, Abdalrahim Alfarra, a, lui aussi, salué le rôle que joue le Maroc dans la promotion de la cause palestinienne et la défense des droits du peuple de la Palestine, faisant savoir que le Royaume ne ménage aucun effort pour apporter son appui à Al-Qods, et encourager les Palestiniens en général et les habitants d’Al-Qods, en particulier, dans leur résistance à l’occupation.




« Le Maroc a toujours manifesté son soutien constant et renouvelé en faveur de la juste cause palestinienne et, à l’instar de l’ensemble des Palestiniens, je ne peux que louer le rôle de grande importance que joue le Royaume ainsi que ses efforts inlassables pour le règlement de ce conflit », a-t-il dit.

Comité d’Al Qods : la solidarité avec les Maqdessis prend des accents majeurs sous l’impulsion royale

Troisième ville sainte pour plus d’un milliard de Musulmans de par le monde, Al Qods occupe une place toute particulière dans le coeur des Marocains, Roi, gouvernement et peuple, qui ne laissent échapper aucune occasion pour manifester leur solidarité avec les Maqdessis et attirer l’attention de la communauté internationale sur les dangers guettant la cité sainte.

Car, en plus d’être un haut-lieu de culte et d’histoire et le berceau d’une civilisation multiséculaire, Al Qods est une ville névralgique du Moyen-Orient sur le plan géostratégique puisqu’elle constitue le coeur même du conflit arabo-israélien, vieux de plus de 60 ans. Elle en est à la fois l’enjeu, la source et la clé.

Partant, SM le Roi Mohammed VI, président du Comité d’Al Qods, a fait de la défense d’Al Qods et de sa population, prises en tenaille entre les sévices des autorités israéliennes et les assauts terroristes des colons et extrémistes juifs, un axe majeur et une préoccupation permanente de la diplomatie marocaine.

Dans plusieurs contacts engagés et messages envoyés aux chefs d’Etats arabes et occidentaux et aux parties prenantes au confit, notamment les Etats-Unis, l’Union européenne, la Jordanie et l’ONU, le Souverain n’a cessé de tirer la sonnette d’alarme sur la dégradation de la situation à Al Qods du fait de l’escalade militaire israélienne mais aussi du projet sioniste visant à gommer les caractéristiques arabo-islamiques d’Al Qods.

Face à l’arrogance d’Israël qui fait la sourde oreille aux appels récurrents de la communauté internationale et dont les gouvernements successifs semblent hériter de la même politique de provocation et de violation flagrante du droit international, SM le Roi insiste sur l’impératif de mettre la pression sur l’occupant israélien pour qu’il renonce à ses plans de colonisation barbare qui visent à imposer le fait accompli aux Maqdessis en modifiant la composition démographique et religieuse de la ville.




C’est ainsi que le Souverain a affirmé, dans Son discours adressé au 24ème Sommet du Conseil de la Ligue arabe et dans celui adressé à la 12ème session de l’Organisation de la Coopération islamique au Sommet, tenus courant 2013, Son engagement, en tant que Président du Comité Al Qods, à ne ménager aucun effort pour poursuivre Ses bons offices auprès de toutes les parties influentes sur la scène internationale, afin de mettre un terme aux agressions israéliennes contre les différents monuments religieux et aux plans de judaïsation d’Al-Qods orientale et d’oblitération de son identité.

De même, la réaction du Maroc ne se fait pas attendre, à chaque fois que la Mosquée Al Aqsa Acharif, troisième lieu saint de l’Islam, fait face à des agressions ou provocations, le Royaume étant toujours en première ligne pour condamner, dans les termes les plus fermes, ces agissements abjects qui outragent les sentiments religieux de tous les Musulmans.

Tel fut le cas en mai dernier quand des militaires et des colons israéliens ont fait irruption dans l’esplanade de la Mosquée Al Aqsa et s’en sont pris aux étudiants et fidèles palestiniens qui ont été interdits d’accès à la mosquée.

Le Maroc a alors condamné, par la voix du ministère des Affaires étrangères et de la coopération, ces agressions « provocatrices et irresponsables » qui marquent une « escalade dangereuse et inacceptable » et appelé la communauté internationale et les organisations internationales concernées à assumer leurs responsabilités et à intervenir d’urgence pour mettre un terme à ces violations.

L’engagement royal aux côtés d’Al Qods et des Maqdessis est aussi éloquemment illustré par l’action du Comité d’Al Qods, issu de l’Organisation de la coopération islamique, qui oeuvre depuis 1975 à prendre contact avec les acteurs internationaux en vue de mobiliser le soutien nécessaire à la sauvegarde d’Al Qods, avec à l’appui des propositions concernant les démarches à entreprendre pour relever les défis de développement et de préservation de la ville.

En tant que mécanisme opératoire et bras financier du Comité d’Al Qods, l’Agence Bayt Mal Al Qods Acharif a brillamment réussi à donner corps à cet élan de solidarité en oeuvrant à rendre la vie des Maqdessis moins rigoureuse grâce à une batterie de programmes socioéconomiques, humanitaires et culturels dont l’impact n’est plus à prouver.




La préservation des caractéristiques arabo-islamiques d’Al Qods est un souci majeur de l’Agence, qui alloue 50 pc de ses dépenses au secteur de l’habitat, l’objectif principal étant de soutenir la résistance des Palestiniens, notamment les Maqdessis, qui pâtissent d’une politique délibérée de judaïsation religieuse, culturelle et démographique menée à coup d’agressions, fouilles et campagnes d’expulsion dignes des régimes de l’apartheid.

Pour ce faire, l’Agence multiplie les projets visant le financement des programmes de crédit individuel et collectif pour la construction de logements, l’octroi de petits crédits pour l’amélioration des conditions d’habitation des plus démunis et la restauration et la réhabilitation des anciennes habitations et du patrimoine culturel et civilisationnel de la ville.

Et pour éviter que la mémoire historique et civlisationnelle de la ville sainte ne tombe dans l’oubli, l’Agence Bayt Mal Al Qods Acharif a mis en place une Bibliothèque spécialisée dans l’histoire d’Al Qods et de la Palestine, qui offre aux chercheurs et intéressés un fond documentaire de plus de 2.500 ouvrages en arabe, français et anglais et des publications périodiques en plus d’un nombre important de cartes géographiques, documents audiovisuels et livres électroniques.

La bibliothèque, inaugurée en avril 2012, fournit ainsi un éclairage édifiant sur l’histoire, la religion, les waqfs et les lieux saints, à travers différents types de livres, cartographiques, revues, journaux, périodiques, glossaires, dictionnaires et encyclopédies dédiés à l’histoire et la civilisation d’Al Qods et de la Palestine.

C’est dans le droit fil de cet esprit pionnier de solidarité et de sympathie envers la population maqdessie, qui a pris des accents majeurs sous l’impulsion de SM le Roi Mohammed VI, que le Comité d’Al Qods se réunit, cette semaine au Maroc sous la présidence du Souverain, avec la participation du président de l’Autorité palestinienne et des ministres des affaires étrangères de plusieurs pays musulmans.

Ce conclave, le premier depuis 13 ans, est censé enclencher une dynamique vertueuse destinée à soutenir le combat quotidien des autorités palestiniennes et des Maqdessis pour la récupération de leurs droits spoliés et à replacer la question d’Al Qods, de son statut et des risques pesant sur elle, au centre des priorités de la nation arabo-islamique, pour laquelle Al Qods est plus qu’une ville: un symbole et une terre sacrés.

-Par Meriem Rkiouak-



L’Instance islamo-chrétienne de soutien à Al Qods exprime sa haute considération au Maroc pour son accueil de la réunion du Comité d’Al-Qods

L’Instance islamo-chrétienne de soutien à Al Qods et aux sites sacrés, a exprimé sa haute considération et sa gratitude pour le Maroc, Roi, gouvernement et peuple, pour son accueil de la 20è session du Comité d’Al Qods, issu de l’Organisation de la coopération islamique (OCI).

L’Instance a qualifié, dans un communiqué, cette initiative d' »importante et de nécessaire, compte tenu des conditions dans la ville sainte occupée et les dangers auxquels est confrontée la mosquée Al-Aqsa, en proie à des plans de judaïsation, à travers la construction de tunnels sous son sol et de Synagogues en son sein, outre les incursions quotidiennes de ses enceintes ». L’organisation a salué les efforts inlassables de SM le Roi Mohammed VI pour « le soutien d’Al Qods et ses lieux sacrés ».

De son côté, le secrétaire général de l’Instance, Hanna Aissa, a appelé à poursuivre les efforts afin de mettre à nu les violations de l’occupant israélien et ses plans de judaïsation de la ville sainte, exhortant le Comité Al Qods à mettre en œuvre les décisions de l’ONU relatives à la situation légale d’Al Qods et qui ont investi l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) de la responsabilité de protéger les lieux saints islamiques et chrétiens.

M. Aissa a souligné l’impérieuse nécessité pour le Comité de prendre des mesures concrètes pour mettre un terme aux violations de l’occupant israélien et soutenir la ville sainte, notamment dans les domaines prioritaires à savoir, la santé, l’habitat et l’éducation, qui demeurent fondamentaux pour l’attachement des habitants à leur terre et la résistance face aux projets de judaïsation.

A cet égard, l’Instance a rappelé la grande responsabilité qu’assumait feu SM Hassan II qui avait été désigné Président du Comité Al Qods lors de la réunion de Fès en 1979, évoquant les efforts sans relâche consentis par le défunt Roi dans la défense de la ville sainte, ses lieux sacrés et sa population.




Elle a également rappelé que le 5 janvier 1988, feu SM Hassan II avait présidé au Palais Royal d’Ifrane, les travaux de la réunion d’urgence du Comité Al Qods, consacrée à l’examen de la situation d’Al Aqsa et du soulèvement palestinien. feu SM Hassan II, rappelle la même source, avait reçu, en réponse à son discours, un message du Président américain, Ronald Reagan, reconnaissant pour la première fois les droits légitimes du peuple palestinien.

L’Instance est revenue également sur le rôle que joue l’Agence Bayt Mal Al Qods Acharif, créée dans le but de préserver l’identité d’Al Aqsa et son cachet religieux, culturel et civilisationnel, soutenir ses habitants et tous les Palestiniens dans leur résistance à l’entité sioniste usurpatrice, à travers le financement de projets et programmes visant la consolidation de la présence arabo-musulmane à Al Qods en collaboration avec les organisations et les acteurs arabes, musulmans et internationaux.

Elle a aussi mis en exergue l’importance des efforts consentis par SM le Roi Mohammed VI, qualifiant le Souverain de digne successeur qui ne S’est pas contenté des démarches diplomatiques auprès des leaders des grandes puissances et des pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU, mais a également été très actif auprès du secrétaire général de l’ONU, de l’Union européenne, du pape du Vatican et du directeur général de l’UNESCO.

Après avoir rappelé le don de 6 millions de dollars US accordé par le Souverain à l’Agence Bayt Mal Al Qods Acharif, qui s’ajoute à la contribution du gouvernement marocain au budget de l’Agence, l’Instance a mis en évidence les réalisations de cette dernière dans les domaines social, de l’enseignement, de la santé, de l’habitat et des aides humanitaires.

Pour conserver la mémoire de la Palestine et son histoire, poursuit le communiqué, l’Agence a mis en place en 2009 une bibliothèque spécialisée dans l’histoire d’Al Qods et de la Palestine, où sont conservés et mis à la disposition des chercheurs, des copies d’objets de grande valeur, des livres et des manuscrits, selon des systèmes informatiques très évolués, avec plus de 5.400 titres d’ouvrage pour un investissement de 400.000 dollars US.




L’Agence Bayt Mal Al Qods Acharif, qui siège à Rabat, a également lancé plusieurs projets à l’instar de celui de la documentation de la médina d’Al Qods (inscription de 3.600 sites), la création du centre culturel « Yabous », la publication d’un livre sur l’histoire d’Al Qods depuis l’occupation israélienne et jusqu’à 2010, et une aide de l’ordre de 1,3 millions de dollars US pour les organisations opérant à Al Qods.

L’Instance islamo-chrétienne de soutien à Al Qods a tenu à exprimer « ses remerciements et sa gratitude à SM le Roi pour Ses efforts et Ses démarches incessantes pour soutenir la question et le peuple palestiniens au niveau de la communauté internationale, ainsi que pour sa présidence du Comité d’Al Qods et de l’Agence Bayt Mal Al Qods Acharif ».

Comité Al-Qods : L’histoire d’une lutte sans relâche contre la politique du fait accompli

Le maintien de la question d’Al-Qods sur le devant de la scène internationale trouve, pour beaucoup, son fondement dans l’implication directe et active de SM le Roi Mohammed VI pour la défense de la cause première des Musulmans face à la politique du fait accompli.

Fer de lance de l’OCI sur un dossier aussi sensible dans tout règlement du conflit israélo-palestinien, le comité Al-Qods que préside le Souverain demeure la seule institution à opérer sur le terrain par l’entremise de son bras financier, l’Agence Bayt Mal Al-Qods acharif.

Cet engagement ferme de SM le Roi, Amir Al-Mouminine, n’est surtout pas le fait des circonstances, d’autant plus que Sa Majesté s’en tient à une assistance explicite aux Palestiniens qui va bien au-delà des calculs politiciens, des différends internes et des ambitions, parfois contradictoires, de certains Etats de la région.

En substance, le Maroc fait de la cause d’Al-Qods une doctrine et un choix diplomatique qui n’a d’égal que la volonté royale de rendre justice à la Palestine et de redonner à la ville sainte son statut pérenne, dans la pure tradition d’une monarchie solidaire aux valeurs multiséculaires.




Le combat contre le fait accompli que représentent la judaïsation de la terre sainte et les colonies en perpétuelle expansion demeure, en effet, une préoccupation quotidienne pour SM le Roi qui ne cesse d’entreprendre les démarches auprès des puissances influentes et de l’ONU afin d’en préserver le caractère spécial tel qu’universellement reconnu.

C’est dans cette optique que le Souverain, en sa qualité de président du Comité Al-Qods, a mis en garde, début décembre 2013, contre l’éventuelle signature d’un accord sur le patrimoine de l’église catholique à Jérusalem-Est, au risque de « cautionner les pratiques de colonisation provocatrices perpétrées par Israël ».

Dans des messages adressés au Pape François et au patron de l’ONU, SM le Roi a ainsi exprimé « la profonde préoccupation » de l’ensemble des pays islamiques, en affirmant que pareilles mesures sont, dans le fond, aux antipodes des fondements de la légalité internationale qui insiste sur la sauvegarde du statut juridique de Jérusalem.

Autre priorité de l’action royale, l’attachement à la cessation de tous travaux ou fouilles dans le périmètre de la sainte mosquée d’Al-Aqsa est l’un des constantes de l’agenda du Souverain pour faire barrage à toutes les manœuvres des autorités israéliennes visant à consacrer le fait accompli.

Sur ce dossier aussi, SM le Roi a à maintes fois saisi les plus hautes instances des Nations unies et de l’Union européenne pour attirer leur attention sur les ramifications inquiétantes des fouilles archéologiques illégales entreprises par les autorités israéliennes aux abords de la mosquée et des autres sanctuaires de la ville.

De tels gestes, et bien d’autres, illustrent l’attachement constant du Royaume à donner un contenu concret à ses engagements en faveur de la Palestine, comme en témoigne son apport indéniable à Bayt Mal Al-Qods dont le déploiement sur le terrain est d’un impact très significatif pour la protection des lieux sacrés de la ville et de son statut juridique.

Partout dans la ville occupée foisonnent aujourd’hui les projets sociaux initiés par l’agence en appui à la résistance de ses habitants. De l’aveu même du président de la Fondation Yasser Arafat, le diplomate palestinien Nasser Al-Kidwa, l’apport du Comité est éminemment canalisateur des efforts de la Oumma islamique pour la défense d’Al-Qods acharif.




En associant à ses programmes nombre d’acteurs et dignitaires religieux, cette instance de l’Organisation de la coopération islamique a su focaliser l’intérêt de la communauté internationale sur la place centrale de la cité dans le conflit israélo-palestinien et attirer l’attention sur les agressions systématiques dont elle est l’objet depuis des décennies.

Dans la lignée de cette approche pragmatique, le Maroc a placé ce dossier au premier rang des priorités de son action diplomatique, en faisant valoir que tout règlement de ce conflit aura sans conteste un impact indéniable sur la paix et la sécurité mondiales.

Rabat est, en effet, en première ligne dans l’effort international visant le suivi et l’archivage des opérations de judaïsation, de confiscation des biens des Palestiniens et la saisine des tribunaux et instances judiciaires internationales en vue d’ester Israël en justice.

Créé en 1975 à l’initiative de l’OCI, le comité d’Al-Qods œuvre en étroite coordination avec les différentes instances internationales concernées et s’emploie, en permanence, à prendre contact avec les acteurs internationaux susceptibles d’aider à sa sauvegarde.

C’est en consécration de cette noble mission que le Maroc a mis en place l’agence Bayt Mal Al-Qods Acharif, chargée de soutenir la résistance des Maqdessis par le biais de projets pionniers dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’habitat ainsi que la mobilisation des ressources financières nécessaires à cet effet.

Comité Al-Qods : l’engagement renouvelé du Maroc envers la « Fleur des Cités »

Erigée en cause nationale, la question palestinienne fait partie des fondamentaux tant de la politique générale que de l’action diplomatique du Maroc, qui adhère à tout effort sincère visant la protection des droits inaliénables des Palestiniens, à leur tête le statut d’Al-Qods Acharif.




Justement, la ville sainte, pour laquelle le coeur des Marocains bat toujours aussi vite depuis l’aube des temps, est guettée par des menaces réelles à cause des tentatives obstinées d’Israël d’aliéner son identité à travers une judaïsation effrénée des aspects urbanistiques et démographiques.

En parfaite harmonie avec un état d’esprit populaire rassembleur qui s’est transmis de génération en génération, le Maroc a pris la mesure de la nécessité d’entreprendre des démarches concrètes pour attirer l’attention de tous sur le danger de la stratégie du fait accompli que cherche à imposer l’occupation dans les territoires palestiniens, en faisant peu de cas de la légalité internationale et de ses résolutions pertinentes contraires aux mesures israéliennes unilatérales.

C’est dans cette logique que s’inscrit la convocation par le Royaume d’une réunion du Comité Al-Qods, un organisme panislamique présidé par le Maroc depuis 1975 et dont l’action a évité le pire à la ville sainte, ciblée par une politique de colonisation dévastatrice, dans le vil dessein de renier le droit des Palestiniens d’établir leur Etat indépendant avec Al-Qods Acharif comme capitale.

En illustration de l’engagement renouvelé du Maroc envers la ville sainte, SM le Roi Mohammed VI, président du Comité Al Qods, a adressé, tout récemment, des messages au Pape François et au Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, au sujet de la signature prochaine entre le Vatican et Israël d’un accord sur le patrimoine de l’Eglise catholique à Al-Qods occupée, qui est « de nature à cautionner les pratiques de colonisation provocatrices ».

D’autant que cette orientation est susceptible de « contrarier les efforts déployés afin de favoriser le climat adéquat pour le succès des négociations de paix » entre Palestiniens et Israéliens, « qui sont supposées trancher, entre autres questions, le statut définitif d’Al Qods-Est ».

Les messages royaux au Pape et au secrétaire général de l’ONU ont été hautement salués par les Palestiniens, comme l’a affirmé Saeb Erekat, négociateur en chef avec Israël, qui y a vus « une confirmation de l’attachement de SM le Roi au suivi régulier du dossier d’Al-Qods et une preuve que la cause palestinienne est au cœur des préoccupations prioritaires de Sa Majesté ».




Autre signe de l’intérêt permanent du Maroc à l’égard de ce dossier vital pour la Oumma arabe et islamique, la question palestinienne était tout aussi présente lors de la rencontre au sommet, en novembre dernier à la Maison blanche, entre le Souverain et le président américain Barack Obama.

Dans le communiqué final sanctionnant ces entretiens, SM le Roi a appuyé « l’engagement continu » des Etats-Unis « pour faire progresser le processus de paix au Moyen-Orient », tandis que le président Obama « a reconnu la contribution de Sa Majesté, Président du Comité Al Qods, aux efforts visant la solution à deux Etats ».

Sous l’impulsion du Souverain, la cause palestinienne et la défense d’Al-Qods Acharif ont été intégrées comme des constantes de l’action gouvernementale et diplomatique, en ce sens que le Maroc est engagé dans toute initiative à même de permettre aux Palestiniens de recouvrer leurs droits légitimes et de faire triompher le combat de libération épique qu’ils mènent courageusement depuis des décennies.

Aux plans bilatéral et multilatéral, les représentants des institutions nationales saisissent chaque opportunité pour plaider la cause des Palestiniens, défendre la justesse de leur lutte nationale et présenter les conséquences imprévisibles de toute atteinte à Al-Qods, surtout la mosquée Al-Aqsa sérieusement menacée par les fouilles souterraines auxquelles se livrent les forces d’occupation israéliennes sans considération aucune pour les sentiments des musulmans.

En tant que bras opérationnel du Comité Al-Qods, l’Agence Bayt Mal Al-Qods entreprend un travail estimable sur le terrain pour épauler la résistance des populations de la ville sainte et leur enracinement sur leurs terres, face aux agissements israéliens tendant à y changer la donne démographique. Les actions de l’Agence, qui mobilisent tous les moyens disponibles, touchent aux secteurs du logement, de l’enseignement, de la culture et de l’assistance sociale.

Il y a des faits que nul ne peut nier. Les plus grandes manifestations de soutien à la lutte du peuple palestinien ont été toujours organisées au Maroc. La Palestine est présente avec force dans les différentes expressions artistiques et intellectuelles dans le Royaume. Les équipes médicales marocaines sont parmi les premières à se déployer sur le terrain à chaque agression israélienne, en particulier dans la bande Gaza.

L’unanimité autour de la cause palestinienne n’est que le reflet des liens spirituels forts qui existent entre les Marocains et la première Qibla de l’Islam. Une relation pleine de tendresse, de générosité et d’affection pour la « Fleur des Cités », dont le sol a été foulé par des colonisateurs sans scrupules, trainant dans la boue les droits les plus élémentaires des fils de la terre des Messagers.