La cour d’appel de Salé a condamné 5 individus pour des chefs d’inculpation liés au terrorisme

La cour d’appel de Salé a condamné 5 individus, jugés dans des dossiers séparés, à 27 ans de peine de prison cumulée pour des chefs d’inculpation liés au terrorisme.




La chambre criminelle de premier degré chargée des affaires de terrorisme près de la cour d’appel de Salé a rendu, jeudi dernier, son verdict dans cinq dossiers relatifs à des affaires liées au terrorisme.

Cinq accusés ont été condamnés à 27 ans de peine de prison cumulée pour les chefs d’inculpation de «constitution de bande criminelle pour préparer et commettre des actes terroristes dans le cadre d’un projet collectif visant à porter gravement atteinte à l’ordre public, et apologie d’actes terroristes».

Le dossier des deux accusés originaires d’Ouled Taima, dans les environs d’Agadir, s’est taillé la part du lion à l’audience de jeudi.

Les investigations ont révélé que les deux mis en cause se sont imprégnés de l’idéologie radicale de Daech en créant un groupe de discussion via l’application WhatsApp.




Ils ont prêté allégeance au chef de l’organisation terroriste, Abou Bakr El Baghdadi et fait l’apologie du crime terroriste d’Imlil qui a coûté la vie à deux touristes scandinaves.

L’enquête approfondie a permis de découvrir que les deux accusés n’hésitaient pas à exprimer leur haine profonde des institutions en qualifiant l’Etat de despote.

Les accusés ont souvent clamé leur désir de commettre des attentats à l’intérieur du royaume sous la bannière de l’organisation terroriste afin, disaient-ils, d’y instaurer le califat.

Le quotidien Al Akhbar rapporte, dans son édition du samedi 30 novembre, que le principal accusé dans ce dossier a été condamné à huit ans de prison ferme.




Il est notamment coupable d’avoir créé le groupe de discussion sur WhatsApp où il diffusait des vidéos appelant au jihad et faisant l’apologie de l’organisation terroriste.

Il a, en outre, utilisé cette application pour recruter un plus grand nombre de personnes affidées à Daech.

L’accusé a poussé l’effronterie jusqu’à faire l’éloge de l’organisation terroriste en publiant des enregistrement audio et vidéo montrant les actes barbares commis par les terroristes à travers le monde et particulièrement en Syrie et en Irak.

La cour a, au cours de cette même audience, condamné un individu natif de Fès à 4 ans de prison ferme pour les mêmes chefs d’inculpation. L’accusé a, lui aussi, prêté allégeance à Daech et fait l’apologie de plusieurs opérations terroristes.




À lire aussi: