Hôpitaux marocains: plus d’avance des frais pour les prises en charge urgentes

Les hôpitaux n’exigeront plus de paiement avant la prise en charge des cas urgents.




La décision du ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, a été communiquée aux directeurs de centres hospitaliers afin qu’ils veillent à ce que cette exigence soit scrupuleusement appliquée.

C’est acté, les centres hospitaliers n’exigeront plus le paiement des soins avant la prise en charge des cas urgents. Cette décision émane du ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb qui en a informé les directeurs des hôpitaux pour qu’ils veillent au strict respect de cette décision.

Le but de la correspondance du ministre de la Santé aux directeurs des centres hospitaliers ainsi qu’aux responsables centraux et provinciaux, est de rompre de manière définitive avec des pratiques archaïques qui mettent en péril la vie des patients admis aux urgences.

Dans ce même sillage, le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, se montre décidé à mettre en application les dispositions de l’article 42 du statut des hôpitaux.




Il soutient à travers sa correspondance, qu’«il faut accueillir et examiner tout malade, blessé ou femme enceinte, qui arrivent dans des situations d’urgence» avant d’ajouter qu’«il faut procéder à leur hospitalisation si leur état de santé l’exige même en cas d’indisponibilité de lits».

«La facturation des services fournis ne doit se faire qu’après la prise en charge médicale de ces patients», précise la correspondance.

Le ministre de la Santé incite le corps médical à assurer les services d’accueil et d’orientation aux patients, pour optimiser la qualité des soins dans les établissements publics.

Pour rappel, cette décision vient après l’incident survenu au CHU de Fès, qui a refusé l’entrée d’une femme sur le point d’accoucher. Cette dernière a donné naissance à son enfant à l’entrée de l’hôpital. Relayée par les réseaux sociaux, la vidéo et le témoignage de son époux ont ému la toile.




À lire aussi: