Un plan d’urgence pour lutter contre le froid au Maroc

1753 douars ciblés par le plan national de lutte contre les effets de la vague de froid. L’annonce a été faite par le ministre de l’Intérieur lors de son passage mercredi, devant la commission de l’intérieur et des collectivités territoriales.




Les douars bénéficiaires sont situés dans 232 collectivités relevant de 27 provinces qui comptent 736.311 personnes, a précisé Abdelouafi Laftit. Et le plan, selon ses explications, porte sur des mesures d’assistance aux populations touchées à travers la mise en œuvre du centre de pilotage et de veille au niveau du département de l’intérieur.

Parmi les mesures adoptées figurent la mobilisation de matériel et d’engins appartenant aux services de l’État et aux privés afin de désenclaver les douars et assurer leur raccordement au réseau téléphonique.

L’intervention immédiate par hélicoptères des secours de la Gendarmerie Royale et du ministère de la Santé pour venir en aide aux populations en détresse, reste une possibilité envisagée et pour laquelle des équipes sont mobilisées.

On note aussi la prise en charge et l’hébergement des personnes affectées dans des unités d’accueil sécurisées afin de les protéger contre le froid et leur offrir nourritures et soins de santé.




L’approche d’intervention cette année sera axée sur celle de la saison dernière au cours de laquelle, des centaines de personnes ont pu être sauvées des effets du froid.

Le ministère de l’Équipement, du transport et de la logistique collaborent avec les autorités provinciales et locales pour l’ouverture des routes nationales, régionales et provinciales, la mobilisation d’engins de déneigement afin d’assurer la fluidité de la circulation et le suivi régulier de la météo.

Le ministre a d’autre part affirmé que les services de l’administration territoriale et les commissions de veille et de suivi restent mobilisés en vue de fournir tout le soutien nécessaire aux citoyens et de protéger les personnes et les biens, en application des directives du Roi Mohammed VI.




À lire aussi: