Protection civile: 153.000 opérations de sauvetage en 8 mois

Le ministère de l’Intérieur vient de sortir un rapport sur les interventions de la Protection civile durant les huit premiers mois de 2019. Les opérations de sauvetage en mer, de migrants clandestins marocains surtout, viennent en tête, et de très loin.




Entre janvier et août 2019, la Protection civile a opéré quelque 270.000 interventions à travers tout le royaume, sur terre et en mer.

Les opérations de sauvetage arrivent en tête avec 153.000 cas, suivies de loin par les accidents de la circulation (90.000 cas) et les incendies (12.000).

C’est ce que rapporte le quotidien Al Massae dans son édition du mardi 26 novembre, reprenant ainsi les chiffres divulgués par un récent rapport de ministère de l’Intérieur, dont relève la Protection civile.

D’après ces chiffres, 63 cadavres ont été repêchés en mer entre janvier et août 2019, alors que 14.672 Marocains ont été sauvés de la noyade et 12 toujours portées disparus. Ces sinistres, on l’imagine, sont surtout inhérents aux tentatives de migration clandestine à bord d’embarcations de fortune.

Par région, c’est Casablanca-Settat qui vient en tête avec quelque 17% des interventions de la Protection civile, devant Fès-Meknès.




La Région de Rabat arrive en 3ème position avec plus de 39.000 interventions en 9 mois, juste devant l’Oriental et ses 36.000 interventions.

Par ailleurs, le ministère de l’Intérieur a annoncé que la direction générale de la Protection civile est en train de mettre en œuvre un programme de modernisation de ses structures pour faire face à ses multiples champs d’intervention: ouverture de nouvelles antennes régionales, moyens de communication et d’intervention informatisés, achat de nouveaux équipements de sauvetage…

Pour ce faire, le rapport ajoute que les moyens financiers de la Protection civile seront revalorisés, surtout que son budget de fonctionnement n’a plus évolué depuis 2010, malgré une augmentation du parc roulant de 31%, des équipements de sauvetage de 44% et des ressources humaines de plus de 33% durant les 9 dernières années.




À lire aussi: