(Vidéo) Bab Sebta: la claque qui fait polémique

Depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, la polémique s’intensifie à propos d’une vidéo filmée au poste-frontière de Bab Sebta. La séquence d’une soixantaine de secondes, montre d’une part, une jeune fille et une personne en fauteuil roulant, et d’autre part, des douaniers marocains. Visiblement, un différend entre ces deux camps, a mal tourné.




De la tension dans l’air…. La vidéo ci-dessous, diffusée sur les réseaux sociaux ce vendredi, montre une jeune femme en colère, qui se trouvait près de l’entrée de Bab Sebta, gifler un douanier suite à la chute par terre d’un handicapé qui se déplaçait en fauteuil roulant.

La vidéo a créé une confusion et une levée de boucliers après l’interpellation violente de la jeune dame par des éléments de la douane qui sont intervenus pour soutenir leur collègue qui n’arrivait pas à maîtriser la situation, semble-t-il.

Éclairage :

Nous avons appris de sources concordantes les circonstances de cet incident qui remontent au jeudi 21 novembre 2019 au soir, lorsque les agents des douanes opérant au passage de Bab Ceuta s’acquittaient de leurs tâches habituelles.




Selon ces sources, il avait été « découvert qu’une personne ayant des besoins spéciaux (une personne en fauteuil roulant) essayait de faire passer en fraude une quantité de tissu, pour être ensuite confisquée.

La marchandise passée en contrebande, la fille de l’intéressé n’a pas aimé que les douanes saisissent la marchandise, elle gifla un douanier devant tout le monde, ce qui a créé un chaos et une confusion à la frontière.

« La jeune dame qui est apparu sur l’enregistrement entrain de gifler le douanier est l’épouse d’un membre de la Garde civile espagnole », affirme-t-on.

Selon les données disponibles, un autre policier espagnol, après avoir appris l’incident survenu au poste frontière, a appris ce qui s’était passé. Il a été confronté à une vidéo documentant l’audio et la vidéo de l’agression, souligne-t-on.




Par ailleurs, on a appris que pour éviter tout amalgame ou exploitation politicienne de ce malheureux incident, la jeune dame et la victime de l’agression ont été « transportés à l’hôpital par ambulance pour y subir les examens médicaux nécessaires » et pour « prouver l’état de dommage ou d’invalidité avant de mener à bien les procédures de renvoi devant les autorités judiciaires compétentes », ajoutent les mêmes sources.

Pour rappel, la fermeture du poste-frontière Tarajal à Sebta est l’objet d’une controverse entre les activistes des droits humains qui exhortent les autorités concernées de ne pas le rouvrir, considérant que les bénéficiaires d’un trafic « illicite » de marchandises espagnoles sont les contrebandiers et les commerçants sans scrupules, tandis que d’autres appellent à l’ouvrir pour protéger des emplois pour un certain nombre de citoyens de la région de Tétouan.









À lire aussi: