Prostitution: prison ferme pour un réseau au service de touristes du Golfe

La cour d’appel de Marrakech a condamné cinq personnes à des peines de prison cumulées de 17 ans pour proxénétisme et traite d’êtres humains. Ce réseau opérait pour des touristes du Golfe.




La cour d’appel de Marrakech a condamné cinq individus à des peines de prison cumulées de 17 ans pour proxénétisme et traite d’êtres humains.

Le chef du réseau, originaire de Rabat, ainsi que son complice, natif de Mzouda, ont écopé chacun de 5 ans de prison ferme.

Deux autres accusés ont été condamnés chacun à 3 ans de prison ferme, le troisième à 18 mois et une femme qui était poursuivie en liberté provisoire a été condamnée à deux ans de prison avec sursis.

Ce réseau de proxénétisme exploitait plus de 100 femmes qui se prostituaient essentiellement avec des touristes en provenance des pays du Golfe.

Le chef de la bande, connu sous le nom de «Redouane XL» dans le milieu de la prostitution de luxe à Rabat, faisait l’objet d’un avis de recherche depuis mars dernier.




Il a été arrêté le 7 mai dernier à Salé à l’occasion d’une simple infraction routière avant d’être transféré vers Marrakech.

L’enquête a révélé que l’accusé s’adonnait au proxénétisme en mettant à disposition de ses clients khalijis des filles de tous âges.

Il a été déféré devant le substitut du procureur du roi près de la cour d’appel de Marrakech qui l’a inculpé pour «proxénétisme, perception de revenus par une activité illégale et participation à la constitution de lieux de prostitution».

Le quotidien Assabah rapporte, dans son édition du samedi 22 novembre, que le mis en cause a expliqué à la police judiciaire être issu d’une famille de la classe moyenne et que son père subvenait à leurs besoins en s’adonnant au trafic de cannabis.

Redouane XL a quitté l’école au début du secondaire pour exercer des petits métiers avant de vivre du trafic d’alcool et de drogue.




Il a par la suite mis en contact des clients issus du Golfe avec des réseaux de prostitution moyennant des commissions.

Quand il a été bien introduit dans le milieu, il a créé un large réseau avec des touristes arabes à qui ils louaient des villas et fournissaient des prostituées.

Lors de son audition, il a révélé aux enquêteurs que cette activité lui a permis de ramasser un pactole qu’il a investi dans plusieurs projets.

Il dispose, dit-il, d’un compte bancaire créditeur de 420 000 dirhams, d’une nouvelle voiture achetée à 270 000 dirhams, d’un café aux environs de Temara qu’il a enregistré au nom de son père et d’unités d’élevage de poulets au nom de son grand frère.




À lire aussi: