Cyberattaques: voici comment les Forces Armées Royales veillent au grain

Les FAR n’assurent pas seulement la sécurité aérienne, terrestre et maritime du pays, mais veillent également au grain pour protéger les flux d’informations et contrer toute forme de cyberattaques.




La Direction générale de la sécurité des systèmes d’information (DGSSI), relevant de l’administration de la défense nationale, intervient toujours pour contrer des cyberattaques ciblant des départements gouvernementaux, des établissements publics et d’autres plateformes vitales.

Pour ce faire, des approches préventives sont également de mise pour protéger les systèmes d’information et neutraliser leur piratage à travers des virus électroniques.

Selon le quotidien Al Akhbar, qui rapporte cette information dans son édition du week-end des 23 et 24 novembre, cette mission de protection assurée par la Direction générale de la sécurité des systèmes d’information s’effectue en coordination avec les autres départements gouvernementaux.




Dans ce cadre, a révélé le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de l’administration de la défense nationale, Abdellatif Loudyi, la DGSSI a audité les systèmes d’informations des ministères, des établissements publics et d’autres départements stratégiques ainsi que les plateformes vitales du pays.

Cette mission pilotée par les compétences de la DGSSI a pour but de protéger l’économie nationale et les intérêts du pays en matière de sécurité des systèmes d’information, a indiqué le ministre devant les membres de la commission des affaires étrangères à la chambre des représentants.

Et de souligner que les recommandations émises par la DGSSI à l’issue des audits effectués ont contribué à la sensibilisation des départements concernés quant à la sécurité de l’information et les mesures préventives à mettre en œuvre.




C’est dans ce cadre, a ajouté le ministre, qu’il a été décidé de mettre en place un cadre juridique relatif à la cyber-sécurité en vue de renforcer les potentialités préventives et opérationnelles nationales afin de mieux protéger les systèmes d’information des ministères, des administrations publiques et d’autres sites stratégiques.

Ce cadre juridique exigera de ces départements le suivi et la mise en œuvre de certaines procédures organisationnelles et techniques ainsi que la gestion des risques dans le monde cybernétique.

Ce qui assurera une prévention des attaques électroniques, leur mise à nu, leur neutralisation et la gestion des crises, a expliqué le ministre.

La DGSSI, rappelle le quotidien, assure la coordination des travaux interministériels relatifs à l’élaboration et à la mise en œuvre de la stratégie de l’Etat en matière de sécurité des systèmes d’information.




Elle veille à l’application des directives et orientations du comité stratégique de la sécurité des systèmes d’information et certifie les dispositifs de création et de vérification de signature électronique, en agréant les prestataires de service pour la certification électronique.

De même, elle assure les audits de sécurité des systèmes d’information des administrations et organismes publics dont le périmètre et les modalités seront fixés par le comité stratégique de la sécurité des systèmes d’information et met en place, en relation avec les départements ministériels, un système de veille, de détection, d’alerte des événements affectant ou susceptibles d’affecter la sécurité des systèmes d’information de l’Etat.

Elle coordonne aussi les mesures devant être prises à cet effet.




À lire aussi: